AVC ischémique aigu: une normotension prédit une origine cardio-embolique

Publié le vendredi 10 janvier 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 8 janvier 2020 (APMnews) - Une pression artérielle systolique inférieure à 130 mmHg au début d'un accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique prédit une origine cardio-embolique de l'AVC, impliquant un bénéfice d'investigations cardiaques précoces et prolongées, selon une étude canadienne publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA). 

La prévention secondaire des AVC repose aujourd'hui sur l'étiologie du 1er AVC, avec par exemple l'anticoagulation orale pour la fibrillation atriale et une intervention carotidienne pour les sténoses de haut grade. La plupart des patients ayant un AVC ont une élévation transitoire de leur pression artérielle au début de l'accident, mais certains sont normotendus, voire hypotendus. Une pression artérielle plus basse a été rapportée chez des patients ayant un AVC cardio-embolique, tandis qu'avec une pathologie des petits vaisseaux, des pression artérielles plus élevées ont été observées, soulignent les auteurs.

Afin de déterminer le lien entre pression artérielle et étiologie de l'AVC ischémique aigu, Margaret Moores de l'Ottawa Hospital Research Institute et de l'université d'Ottawa et ses collègues ont analysé rétrospectivement la pression artérielle des patients avec un AVC ischémique de moins de 12 heures à leur arrivée dans un centre spécialisé dans la prise en charge des AVC. Une normotension était définie par une pression systolique inférieure ou égale à 130 mmHg. Le critère d'évaluation était une étiologie cardio-embolique établie à 6 mois.

Sur 683 patients inclus, 44% présentaient à 6 mois une étiologie cardio-embolique.

La pression artérielle systolique initiale était significativement associée à l'étiologie cardio-embolique: les chances qu'il s'agisse de cette étiologie augmentaient de 15% pour chaque diminution de 10 mmHg de la pression systolique. Il en était de même pour la pression artérielle moyenne.

En appliquant un seuil à 130 mmHg (normotension) pour la pression systolique, une pression inférieure ou égale à ce seuil était associée à une probabilité 2,62 fois plus grande d'étiologie cardio-embolique.

La sensibilité de la mesure de la pression systolique en appliquant le seuil de 130 mmHg était de 26,0% et sa spécificité de 85,5%.

La pression diastolique n'était en revanche pas significativement associée au diagnostic cardio-embolique.

"Nous avons démontré que les patients qui sont normotendus lorsqu'ils se présentent avec un AVC ischémique aigu sont significativement plus susceptibles d'avoir un AVC d'étiologie cardio-embolique [...]. Ces patients peuvent particulièrement bénéficier d'investigations cardiaques précoces et prolongées", concluent les auteurs.

Source: APMnews

Mots clés: Prévention Prévention

Dépêche précédente

Lancement d'une expérimentation de parcours des patients insuffisants cardiaques sévères à l'AP-HP

Dépêche suivante

L'innovation en cardiologie: une cause importante à soutenir

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire