AOD dans la fibrillation atriale : l'apixaban efficace et encore plus sûr en cas de néphropathie chronique

Publié le jeudi 16 avril 2020
dans
APM news

WASHINGTON, 8 avril 2020 (APMnews) - L'anticoagulant oral direct (AOD) apixaban (Eliquis*, Bristol-Myers Squibb/Pfizer) chez les patients atteints de fibrillation atriale est plus efficace que la warfarine en prévention des accidents vasculaires cérébraux (AVC) et embolies systémiques également en cas de néphropathie chronique avancée, et associé à une réduction encore plus importante du risque de saignements que chez les patients ayant une fonction rénale normale, selon une étude publiée dans Circulation.

Les patients atteints de néphropathie chronique avancée sont beaucoup plus à risque de fibrillation atriale, la prévalence étant 10 fois plus élevée que dans la population générale. Cette prévalence est encore plus élevée avec l'état d'avancement de la néphropathie chronique, soulignent John Stanifer de Munson Healthcare à Traverse City (Michigan) et ses collègues. Or il existe peu de données sur les AOD dans cette population spécifique.

En reprenant les données de l'essai randomisé ARISTOTLE, ils ont comparé la sécurité de l'apixaban et de la warfarine chez 269 patients atteints de fibrillation atriale et de néphropathie chronique avancée, définie par une clairance de la créatinine (CrCl) comprise entre 25 et 30 mL/min.

L'effet de l'apixaban par rapport à la warfarine sur le critère d'efficacité (AVC ou embolie systémique) était similaire chez les patients avec ou sans atteinte rénale chronique. Parmi les patients CrCl 25-30 mL/min, un AVC ou une embolie systémique est survenu chez 6 patients sous apixaban contre 10 sous warfarine, soit un risque relatif réduit de 45%.

Le risque de saignement majeur chez les patients CrCl 25-30 mL/min était significativement réduit sous apixaban par rapport à la warfarine, de 66%, ainsi que le risque de saignement majeur et de saignement non majeur cliniquement pertinent, de 65%.

Cette baisse du risque hémorragique sous apixaban montrait une tendance à être plus importante chez ces patients que chez ceux ayant une CrCl supérieure à 30 mL/min.

Les données pharmacocinétiques soutiennent en outre l'utilisation de doses d'apixaban standard chez les patients ayant une néphropathie chronique avancée.

L'apixaban constitue donc un traitement attractif pour ces patients, mais les auteurs estiment que des essais cliniques randomisés sont nécessaires pour préciser sa sécurité et son efficacité dans cette population, en particulier chez les patients dialysés.

(Circulation, publication en ligne du 12 mars)

Source : APMnews

Mots clés: Médicament Médicament

Dépêche précédente

L’Anses alerte sur le risque d’hyperkaliémie avec les sels de régime à base de chlorure de potassium

Dépêche suivante

Angioplastie après infarctus : la bivalirudine fait jeu égal avec l'héparine chez les patients âgés

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire