TAVI valve-in-valve pour bioprothèse chirurgicale dégénérée

Mis à jour le lundi 17 mai 2021
dans
Julien Ternacle

Auteur :

Dr Julien Ternacle
Cardiologue
CHU de Bordeaux

 

Le TAVI valve-in-valve est rapidement devenu une stratégie intéressante pour traiter les patients ayant une dégénérescence de leur bioprothèse chirurgicale. Cependant, quels sont les résultats en comparaison de ce qui reste pour le moment le traitement de référence : la chirurgie redux ?

Actuellement, nous n’avons pas d’étude randomisée comparant ces deux stratégies. Cependant, de nombreuses études avec score de propension et une méta-analyse incluant plus de 8 000 patients dans chaque groupes sont disponibles1-4. A 30 jours de suivi, le TAVI valve-in-valve est associé à un meilleur pronostic en comparaison avec la chirurgie redux, avec des taux de mortalité (toutes causes et cardiovasculaire), d’accident vasculaire cérébral et de complications mineures (arythmie, saignements, transfusions) plus bas1. La durée d’hospitalisation et le pourcentage de patients rentrant directement à domicile après l’intervention sont également en faveur du TAVI valve-in-valve4. Par contre, la chirurgie redux est associée à moins de souffrance myocardique post-intervention et à de meilleures performances hémodynamiques, avec une incidence plus faible du taux de mismatch sévère1. Cependant, la réalisation d’une fracture de l’armature de la bioprothèse chirurgicale à l’aide d’un ballon à haute pression après l’implantation de la bioprothèse percutanée permettrait d’améliorer les performances hémodynamiques du TAVI valve-in-valve sans en altérer les avantages5. Le taux de fuite péri-prothétique est quant à lui similaire après les deux types d’interventions. Enfin, bien que le taux de pacemaker implantés après l’intervention soit variable selon les études, la méta-analyse suggère que la chirurgie redux serait à plus haut risque1,2. Sur un suivi intermédiaire (1 à 5 ans), la mortalité reste comparable entre les deux types d’interventions. Cependant, il ne faut pas oublier que ces études ne sont pas randomisées, que les patients inclus sont minutieusement sélectionnés, et que les résultats à plus long terme ne sont pas connus.

Le TAVI valve-in-valve est donc une vraie alternative à la chirurgie redux et peut être proposée en première intention en cas de dégénérescence isolée de bioprothèse aortique, notamment pour les patients à risque chirurgical intermédiaire ou élevé. Pour les patients à faible risque opératoire ou nécessitant un autre geste cardiaque (notamment coronaire), la chirurgie reste le traitement de référence.

Références :

  1. Sa M, Van den Eynde J, Simonato M et al. Valve-in-Valve Transcatheter Aortic Valve Replacement Versus Redo Surgical Aortic Valve Replacement: An Updated Meta-Analysis. JACC Cardiovasc Interv 2021;14:211-220.
  2. Deharo P, Bisson A, Herbert J et al. Transcatheter Valve-in-Valve Aortic Valve Replacement as an Alternative to Surgical Re-Replacement. J Am Coll Cardiol 2020;76:489-499.
  3. Tam DY, Dharma C, Rocha RV et al. Transcatheter ViV Versus Redo Surgical AVR for the Management of Failed Biological Prosthesis: Early and Late Outcomes in a Propensity-Matched Cohort. JACC Cardiovasc Interv 2020;13:765-774.
  4. Hirji SA, Percy ED, Zogg CK et al. Comparison of in-hospital outcomes and readmissions for valve-in-valve transcatheter aortic valve replacement vs. reoperative surgical aortic valve replacement: a contemporary assessment of real-world outcomes. Eur Heart J 2020;41:2747-2755.
  5. Chhatriwalla AK, Allen KB, Saxon JT et al. Bioprosthetic Valve Fracture Improves the Hemodynamic Results of Valve-in-Valve Transcatheter Aortic Valve Replacement. Circ Cardiovasc Interv 2017;10.

 

Retrouvez l'intégralité du dossier spécial "Remplacement valvulaire aortique biologique : opérer aujourd’hui en pensant à demain"

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel d'Edwards Lifesciences

Edwards
 
La thématique Cardiologie interventionnelle reçoit le soutien de
Philipslogo