RADIANCE SOLO : persistance de l’effet antihypertenseur de la dénervation rénale par ultrasons à 6 mois

Publié le vendredi 22 mars 2019

ACC 2019
Le congrès de l'American College of Cardiology (ACC) 2019

RADIANCE SOLO :Treatment-Blinded Medication Titration for Hypertension Control Following Randomization to Endovascular Ultrasound Renal Denervation or a Sham Procedure

 

En dépit des multiples classes d'antihypertenseurs et des multiples recommandations, l’HTA reste insuffisamment contrôlée en raison souvent de l’inobservance médicamenteuse.  C’est dans ce contexte qu’a été proposée la dénervation rénale [DR] par voie endovasculaire.

Radiance SOLO, randomisée, double aveugle, publiée simultanément dans Circulation (M Azizi et coll.) avait pour objectif  d’évaluer l’efficacité tensionnelle et la sécurité de la DR par ultrasons contre une intervention fictive («sham») chez 146 patients ayant une HTA modérée non traitée. L’intervention fictive avec maintien de l’insu de la randomisation des patients et des équipes médicales permettait de s’affranchir de l’effet placebo.

Les résultats à 2 mois publiés en 2018 chez les patients ne prenant aucun traitement antihypertenseurs  montraient que la pression artérielle systolique ambulatoire diurne a été réduite de façon plus importante dans le groupe DR (-8,5 mmHg) que dans le groupe sham (-2,2 mmHg), soit une différence de 6,3 mmHg en faveur de la DR, et 20% des patients traités par DR avaient leur pression artérielle normalisée sans prendre aucun médicament antihypertenseur contre 3% dans le groupe témoin.

L’objectif de cette nouvelle présentation était de rapporter les effets de la DR à 6 mois alors que les patients recevaient un traitement antihypertenseur optimisé selon un protocole précis en fonction des résultats d‘automesures mensuelles. Dans les conditions de maintien de l’insu jusqu’au 6ème mois, la réduction de pression artérielle se maintient dans le groupe DR malgré une prescription d'un plus faible nombre de médicaments antihypertenseurs et à plus faible dose.  À 6 mois, moins de patients du groupe DR recevaient des médicaments antihypertenseurs par rapport au groupe SHAM (65% vs 85%, p = 0,008), et les patients du groupe DR recevaient moins de médicaments antihypertenseurs (0,9 ± 0,9 vs.  à 1,3 ± 0,9 ; p = 0,010). Malgré une prescription d'un plus faible nombre de médicaments antihypertenseurs, le groupe DR avait une PA systolique ambulatoire diurne inférieure à celle du groupe SDHAM (-18,1 ± 12,2 vs -15,6 ± 13,2 mmHg, respectivement; différence ajustée pour la pression artérielle de base et le nombre de médicaments: -4,3 mmHg, p = 0,024). Aucun événement indésirable majeur  n’était observé dans l'un ou l'autre groupe à 6 mois.

Le programme de recherche RADIANCE-HTN se poursuit actuellement en France (HEGP Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse, Lille), en Europe et aux USA pour terminer les inclusions des patients ayant une HTA résistante au traitement.

La DR a donc un effet antihypertenseur à moyen terme chez des patients ayant une HTA et ne recevant aucun médicament antihypertenseur. Ces résultats ouvrent ainsi de nouvelles perspectives de traitement dans cette pathologie qui touche 30% de la population française en permettant d’envisager dans le futur une alternative au traitement médicamenteux pour certains patients.

 

RADIANCE SOLO Figure 1

 

Toute l'actualité de l'ACC 2019