La prévalence des amyloses cardiaques déterminée par la fixation cardiaque à la scintigraphie osseuse chez le patient âgé

Publié le mercredi 3 février 2021
dans

Auteur :

Thibaud DAMY

 

Pr Thibaud Damy
CHU Henri Mondor Créteil

 

La fixation cardiaque des traceurs osseux scintigraphiques est devenue un outil utile pour la détection précoce de l’amylose cardiaque. La scintigraphie osseuse retrouve une fixation cardiaque chez quasiment 100% des amyloses à transthyrétine (ATTR) et 10% des amyloses AL (plus d’informations sur cet examen). La prévalence de la fixation cardiaque à la scintigraphie au traceur osseux chez les individus âgés en l’absence de pathologie cardiaque n’est pas connue.

Cette étude a inclus tous les patients de 75 ans ou plus qui avaient eu une scintigraphie osseuse du corps entier réalisée pour des raisons médicales oncologiques (96%) et rhumatologiques (4%) autre que la suspicion d’amylose cardiaque.  

1509 scintigraphies ont été ainsi analysées sur une période de 7 ans correspondant à 1114 patients. La moyenne d’âge des patients était de 80,5 ± 4,1 ans et 65% étaient des hommes. La fixation cardiaque a été définie selon le score de Perugini en grade 2 ou 3. Les hospitalisations pour insuffisance cardiaque (IC) au cours du suivi ont été obtenues à l’aide des bases de données de l'administration régionale de santé.

Au total, 31 patients (2,78%) avaient une captation cardiaque du traceur osseux. Les patients avec fixation cardiaque étaient plus âgés (85 ± 5 vs 80 ± 4 ans, P = 0,001) et majoritairement des hommes (90% vs 64%, p = 0,005) par rapport à ceux qui n’avaient pas fixation cardiaque du traceur osseux. La prévalence de la captation cardiaque était donc de 3,88% chez les hommes et de 0,77% chez les femmes. La figure ci-dessous présente la prévalence de la fixation en fonction de la distribution de l’âge en quintiles. Cette fixation cardiaque augmentait avec l'âge, atteignant environ 13,9% chez les hommes ≥ 85 ans et 2,7% chez les femmes. La prévalence estimée pour la norme européenne population ≥ 75 ans était de 4,15% chez les hommes, 1,03% chez les femmes et 2,59% dans la population générale. Sur les 31 patients, 11 ont pu être évalués par la suite pour déterminer leur type d’amylose (AL ou ATTR).

Figure : Prévalence de la fixation cardiaque du traceur osseux en fonction de l’âge et du sexe dans la population oncologique et rhumatologique bénéficiant d’une scintigraphie osseuse.

Figure 1 : prévalence de la fixation cardiaque du traceur osseux en fonction de l’âge et du sexe dans la population oncologique et rhumatologique bénéficiant d’une scintigraphie osseuse. D’après Mohammed Salem et al, Int Journal of Cardiology.

Le taux d’hospitalisations pour insuffisance cardiaque était de 14% chez les patients sans fixation cardiaque et de 29% chez ceux avec fixation cardiaque (p = 0,034). En tenant compte de l'âge et du sexe, la captation cardiaque était associée à un risque plus élevé d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque (OR 2,60, IC à 95% 1,09-5,74, p = 0,022).

En conclusion, la fixation myocardique des traceurs osseux est fréquente et augmente avec le vieillissement. Elle affecte principalement les hommes et est associée avec un risque accru d'hospitalisation pour insuffisance cardiaque. Ces résultats renforcent le fait que les amyloses cardiaques nécessite fréquemment, dans leur suivi, des hospitalisations pour insuffisance cardiaque chez les personnes âgées quand bien même elles n’étaient pas suspectées initialement.

Il est à souligner que les auteurs n’ont pas pu faire la différence entre les patients atteints d’ ATTR ou d’AL car ils n’avaient pas à disposition les tests de gammapathies ni la preuve histologique d’amylose AL (nécessaire en cas de gammapathie) du fait du caractère rétrospectif de cette étude.

Cette étude démontre l’intérêt de la scintigraphie osseuse chez les patients âgés chez qui on suspecte une amylose (insuffisance cardiaque, HVG, canal carpien…). Toutefois, il est important de souligner que cet examen doit être réalisé en combinaison avec les tests pour rechercher une gammapathie qui peuvent être prescrit au cabinet pour éviter de passer à côté du diagnostic d’AL et de poser trop rapidement le diagnostic d’ATTR (voir ce document) puisque environ 11% des amyloses cardiaques de type AL ont une fixation cardiaque au traceur osseux. L’analyse combinée de ces deux examens est visualisable ici.

Référence

  • Prevalence of wild type ATTR assessed as myocardial uptake in bone scan in the elderly population; Mohammed Salem L et al, International Journal of Cardiology 270 (2018) 192–196

 

Retrouvez l'intégralité du dossier spécial "Amylose à transthyrétine : prévalence, rythmologie et imagerie"

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Pfizer Maladies Rares

Pfizer Maladies rares

 

Attention, certaines données publiées peuvent ne pas avoir été validées par les autorités de santé françaises.

La publication de ce contenu est effectuée sous la seule responsabilité de l’Editeur et du Comité de Rédaction qui sont garants de son objectivité.

Pour tout report d'évènement indésirable, merci de contacter le département Pharmacovigilance de Pfizer soit par téléphone au +33 (0)1 58 07 33 89 ou +33 (0)8 00 39 84 50, soit par télécopie au +33(0)1 72 26 57 70 ou soit par e-mail à l'adresse FRA.AEReporting@pfizer.com

Pour toute demande d'information médicale, vous pouvez vous connecter au site internet www.Pfizer.fr (rubrique « Nous contacter » en haut) ou par téléphone au +33 01 58 07 34 40.

 
La thématique Amyloses cardiaques reçoit le soutien de
Pfizer Maladies rares