Préconisations ESC pour le diagnostic et la prise en charge des maladies cardiovasculaires pendant la pandémie COVID-19 : traduction et adaptation par le Collège des Cardiologues en Formation

Publié le mardi 26 mai 2020

D’après le résumé du Collège des Cardiologues en Formation (CCF)

Retrouvez les préconisations de la Société Européenne de Cardiologie (ESC) concernant le diagnostic et la prise en charge des maladies cardiovasculaires pendant la pandémie COVID-19, traduites et adaptées par le Collège des Cardiologues en Formation (sous la direction de Guillaume Bonnet et de Clémence Docq, responsables du projet).

Introduction

  • Le syndrome de détresse respiratoire aigüe à coronavirus 2 (SARS-CoV-2) responsable de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) a atteint le niveau de pandémie ;
  • Les patients présentant des facteurs de risque cardiovasculaires (FRCV) ou une maladie cardiovasculaire pré-existante (MCV) représentent une population vulnérable face au COVID-19;
  • Les patients présentant une souffrance myocardique dans le contexte du COVID-19 ont un risque accru de morbidité et de mortalité.

Le SARS-CoV-2 responsable du COVID-19 a atteint le niveau de pandémie depuis Mars 2020. En l'absence de vaccins ou de traitement médical curatif, le COVID-19 exerce une pression mondiale sans précédent sur le système de santé et les ressources médicales. En raison du besoin inattendu d’un grand nombre de lits de soins intensifs (SI) capables de proposer des assistances respiratoires et une ventilation mécanique, une redistribution et une réorganisation temporaire des ressources au sein des hôpitaux sont devenues nécessaires, avec des conséquences non négligeables pour toutes les spécialités médicales. En outre, des mesures de protection contre le SARS-CoV 2 sont nécessaires pour les professionnels de santé (PDS) en contact direct avec les patients souffrant de COVID-19 ainsi que pour les patients ambulatoires et hospitalisés sans infection. Compte tenu des ressources médicales limitées, les autorités sanitaires sont confrontées à des considérations éthiques sur la manière de prioriser l'accès aux soins et la prise en charge des patients infectés atteints du COVID-19 sans négliger les autres urgences vitales. A noter que la détection du virus chez les patients asymptomatiques et symptomatiques présente des limites importantes en termes de sensibilité et de spécificité et nécessite d’être complétée par des tests sérologiques afin d'identifier ceux qui ont déjà été infectés précédemment.

Le SRAS-CoV-2 n’est pas seulement responsable de pneumonies virales mais a des implications majeures sur l’ensemble du système cardiovasculaire (CV). Les patients présentant des facteurs de risque CV, notamment le sexe masculin, un âge avancé, un diabète, une hypertension artérielle ou une obésité, ainsi que les patients souffrant de maladies CV et cérébrovasculaires pré-existantes, ont été identifiés comme des populations particulièrement vulnérables avec une morbidité et une mortalité accrue en cas d’infection à SARS-CoV-2. De plus, une proportion significative de patients est à risque de développer des lésions myocardiques dans le cadre du COVID-19, potentiellement associées à un sur-risque de mortalité hospitalière. Outre les complications thrombotiques artérielles et veineuses représentées par les syndromes coronariens aigus (SCA) et la maladie thromboembolique veineuse (MTEV), occupe une place importante chez les patients victimes d'insuffisance cardiaque aiguë (ICA). En outre, de multiples formes d'arythmies compliquant l'évolution du COVID-19 ont été rapportées, incluant les effets pro-arythmogènes potentiels des traitements ciblant le SARS-CoV-2 et les maladies associées à l’infection. En raison de la redistribution des ressources médicales, l'accès aux traitements d'urgence, y compris la revascularisation coronaire, peut être perturbé en fonction de l’importance de l'épidémie au niveau local. L’inquiétude se porte aussi sur la recrudescence de pathologies CV prises en charge tardivement, en raison de la peur des patients d’avoir recours au système de santé pendant la pandémie.

Pour toutes ces raisons, la société européenne de cardiologie (ESC) a réuni un groupe d'experts et de cliniciens ayant une expérience dans la prise en charge des patients COVID-19 afin de fournir un document d'orientation utile pour la gestion des aspects cardiovasculaires pendant la pandémie COVID-19. Bien que ce document soit complet, il est important d'indiquer au lecteur ce qu'il ne remplace pas et quelles sont ses limites :

  • Ce texte ne tient pas lieu de recommandations, mais il s’agit plutôt d’un document d'orientation. Ces préconisations sont le résultat des observations et de l'expérience personnelle des acteurs de première ligne pendant cette pandémie COVID-19. Les données actuelles relatives au SARS-CoV-2 et à ses manifestations sont d'ordre observationnelles et il manque des études interventionnelles prospectives nécessaires à la constitution de recommandations basées sur les preuves scientifiques.
  • Ce document d'orientation ne remplace aucune des recommandations de l'ESC et n'est valable que pendant la durée de la pandémie déterminée par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ;
  • Ce présent document d'orientation ne se substitue pas à la responsabilité individuelle des professionnels de la santé à prendre des décisions adaptées à chaque situation clinique, et les décisions finales concernant un patient donné doivent être prises par le(s) médecin(s) responsable(s) ;
  • Les orientations fournies dans le document ne doivent en aucun cas interférer avec les recommandations des autorités de santé locales et nationales ;
  • La pandémie représente une cible mouvante dont le pic et le plateau sont atteints à des moments différents selon les régions du monde. En conséquence, certains aspects abordés dans ce document peuvent ne s'appliquer qu'aux régions les plus fortement touchées par la pandémie COVID-19, tandis que d'autres critères peuvent s'appliquer a des régions moins touchées ;
  • Le document ne donne qu'un aperçu des informations préliminaires, qui sont susceptibles de changer et d’évoluer au fil du temps en fonction de l'augmentation des connaissances, des preuves issues d'études prospectives et de l'évolution de la pandémie. Par conséquent, des commentaires peuvent être ajoutés sur le site web afin d’être pris en compte par les auteurs pour de futures mises à jour ;
  • Il n'existe actuellement aucun traitement scientifiquement prouvé comme efficace contre les infections à COVID-19 et un traitement expérimental peut potentiellement provoquer des effets secondaires cardiaques. Nous encourageons les traitements expérimentaux à faire partie d'essais contrôlés dans la mesure du possible.

Source: Société Française de Cardiologie

Télécharger l'intégralité des préconisations ESC