Insuffisance cardiaque : la télésurveillance doit-elle être poursuivie pour être efficace à long-terme?

Mis à jour le mardi 24 septembre 2019
dans

 

Collège des Cardiologues en Formation

Auteur: Malika Saadi, Membre du Collège des Cardiologues en Formation

D'après F. Koehler (Berlin, Allemagne), "Telemedical Interventional Management in Heart Failure (2) To Improve Outcomes: Extended 12-Month Follow-up after Stopping Remote Patient Management (RPM)"

En direct de l'ESC Congress 2019

L’étude multicentrique, randomisée, ouverte, TIM -HF2, conduite en Allemagne, avait inclus 1538 patients insuffisants cardiaques, ayant été hospitalisés pour une poussée d’insuffisance cardiaque au cours des 12 mois précédents, et indemnes de dépression majeure à l’inclusion. TIM -HF2 avait inclus des patients ayant une insuffisance cardiaque à fraction d’éjection réduite et des patients ayant une insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée, et comparé une prise en charge classique (n = 775) à un suivi renforcé par télésurveillance (n = 796).

Primary outcome

 

L’intérêt de la télésurveillance avait été montré après un suivi moyen de 12 mois, avec une réduction d’une semaine par an du nombre de jours perdus en hospitalisation non programmée associée à une diminution de 30 % de la mortalité totale.

Primary outcome 2

 

Ici sont présentés les résultats à 12 mois de la fin de l’intervention, l’objectif étant de déterminer si les effets sur la morbi-mortalité du suivi renforcé par la télésurveillance dans l'essai principal TIM-HF2 seraient maintenus au cours des 12 mois suivant l'arrêt de l'intervention. À la fin de la dernière visite de l’étude TIM-HF2, la télésurveillance a été arrêtée et tous les patients ont été suivis pendant 12 mois supplémentaires. Le critère principal de jugement est le pourcentage de jours perdus en raison d'hospitalisations CV non planifiées et de décès toutes causes. Les critères secondaires sont les décès toutes causes, les décès CV, les hospitalisations non planifiées et décès toutes causes, les hospitalisations non planifiées et décès CV. A l’arrêt de la télésurveillance, la seule différence entre les deux groupes était que les patients du groupe télésurveillance présentaient un meilleur score de connaissances que ceux du groupe contrôle, sans qu’il y ait eu d’impact sur les résultats au cours de la période de suivi.

Cardiovascular death

 

Le bénéfice de la télésurveillance sur la réduction du nombre de jours perdus en hospitalisation non programmée, persiste à 12 mois de la fin de l’intervention.  Il n’y a en revanche pas de différence significative de la mortalité (cardio-vasculaire et toutes causes) entre les deux groupes. La télésurveillance doit donc être active pour être efficace .

Death cause

 

Pour en savoir plus, consultez les résultats détaillés en langue anglaise présentés lors de l'ESC 2019 : "Telemedical Interventional Management in Heart Failure (II) to Improve Outcomes: Extended 12-Month Follow-up after stopping Remote Patient Management (RPM)"

 

Toute l'actualité de l'ESC 2019