ISCHEMIA: il ne faut pas systématiquement revasculariser les patients coronariens stables avec ischémie documentée, même sévère !

Publié le lundi 30 mars 2020
dans

Auteur :
Pr Albert Hagège
Chef du département de Cardiologie, HEGP, Paris

D’après la présentation de David J. MARON, Los Angeles durant l’ACC/WCC.20

En direct de l'ACC/WCC.20

ACC 2020

ISCHEMIA a randomisé 5 179 patients avec ischémie myocardique modérée ou sévère (essentiellement en scintigraphie ou ECG d'effort) vers soit une stratégie initiale invasive (groupe A) (angiographie et revascularisation si possible) avec un traitement médical soit vers une stratégie conservatrice initiale (groupe B) (traitement médical seul et angiographie en cas d'échec du traitement médical). Le critère de jugement principal était un composite des décès cardiovasculaires, infarctus du myocarde ou hospitalisations pour angor instable, insuffisance cardiaque ou arrêt cardiaque ressuscité. Le critère secondaire associait décès cardiovasculaires ou infarctus du myocarde.

Résultats

À 3,2 ans, le critère principal est observé chez 318 patients du groupe A et 352 du groupe B. Le taux d'événements cumulés était à 6 mois de 5,3 % dans le groupe A vs. 3,4 % dans le groupe B (différence absolue 1,9 % ; IC 95%  0,8-3,0) et à 5 ans de 16,4 % et 18,2 % respectivement (-1,8 %; IC 95 % -4,7 à -1,0). Les résultats étaient similaires pour  le critère secondaire. L'incidence du critère de jugement principal était sensible à la définition de l'infarctus du myocarde. Il y a eu 145 décès dans le groupe A et 144 décès dans le groupe B.

Conclusion

Chez les patients coronariens stables avec ischémie modérée ou sévère, la stratégie invasive initiale ne fait pas mieux que la stratégie conservatrice initiale pour réduire le risque d'événements ischémiques ou de décès de toute cause. Les résultats de l'essai étaient sensibles à la définition de l'infarctus du myocarde utilisée.

 

Toute l'actualité de l'ACC/WCC.20