ISCHEMIA-CKD : pas de coronarographie systématique chez le coronarien stable insuffisant rénal avec ischémie de stress !

Mis à jour le vendredi 3 avril 2020

Auteur :
Pr Albert Hagège
Chef du département de Cardiologie, HEGP, Paris

D’après la présentation de Sripal BANGALORE, New-York durant l’ACC/WCC.20

En direct de l'ACC/WCC.20

ACC 2020

Les essais cliniques qui ont évalué l'effet de la revascularisation chez les patients coronariens stables ont systématiquement exclu ceux atteints d'une maladie rénale chronique avancée. Cette étude a randomisé 777 patients en insuffisance rénale avancée avec d'ischémie modérée ou sévère aux tests de stress vers A) une stratégie invasive initiale (angiographie coronarienne et éventuelle revascularisation) versus B) une stratégie conservatrice initiale (traitement médical seul et angiographie en cas d'échec des drogues). Le critère principal dévaluation associait décès ou infarctus du myocarde non mortel. Le critère secondaire était un composite des décès, infarctus non mortel ou hospitalisation pour angor instable, insuffisance cardiaque ou arrêt cardiaque ressuscité.

Résultats

À 2,2 ans, le critère principal était survenu chez 123 patients dans le groupe A versus 129 patients dans le groupe B (taux d'événement estimé à 3 ans, 36,4 % contre 36,7 % ; p = 0,95). Les résultats pour le critère secondaire étaient similaires (38,5 % contre 39,7 %). La stratégie invasive était associée à une incidence plus élevée d'AVC que la stratégie conservatrice (RR = 3,76 ; p = 0,004) et à une incidence plus élevée de décès ou d'initiation de dialyse (RR = 1,48 ; p = 0,03).

Conclusion

Chez les patients coronariens stables et insuffisants rénaux chroniques avancés, la démonstration d'une ischémie modérée ou sévère ne doit pas faire systématiquement envisager une revascularisation coronaire.

 

Toute l'actualité de l'ACC/WCC.20