Fibrillation atriale et sous-types de fibrillation atriale au cours de l’amylose cardiaque : caractéristiques cliniques et échocardiographiques, impact sur la mortalité

Publié le mercredi 3 février 2021
dans

Auteur :

Nicolas Lellouche

Pr Nicolas Lellouche
CHU Henri Mondor Créteil

 

Il s’agit d’une étude rétrospective sur 238 patients porteurs d’une amylose cardiaque. Le but de cette étude était d’évaluer la prévalence, les caractéristiques et le pronostic de la FA dans cette population.

Dans cette publication, 48% des patients étaient porteurs d’une amylose AL et 52% d’une amylose TTR. 44% avaient déjà un antécédent de FA au moment du diagnostic de l’amylose dont 60% de FA permanente et 40% non permanente (paroxystique ou persistante). Pendant le suivi (suivi moyen de 25 mois), 48 patients ont développé une FA. La présence d’une FA n’était pas associée en analyse multivariée à une augmentation de la mortalité totale, quel que soit le type de FA (permanente ou non) ou le type d’amylose (AL ou TTR). 32% de cette population a eu un CEE et 7% une ablation de FA. La remise en RS ne modifiait pas la mortalité dans cette population.

Cette étude présente les limites suivantes : il s'agit aussi d’une étude rétrospective monocentrique. Elle présente l’intérêt d’évaluer tous les types d’amylose cardiaque (TTR et AL) et fait aussi une analyse spécifique en fonction du type de FA : permanente ou pas. Cependant, cette étude confirme l’absence d’impact de la FA sur la mortalité au cours de l’amylose cardiaque. L’explication la plus probable pour expliquer cela est le pronostic très sombre des patients présentant une amylose cardiaque qui du coup serait peu influencé par la présence d’une FA surajoutée.

Enfin, cette étude retrouve l’absence d’impact sur la mortalité d‘une stratégie de maintien en RS. Cependant, comparativement à l’autre étude, le critère utilisé ici est la mortalité globale qui est un critère plus puissant que le critère combiné de l’étude précédente. Notre expérience clinique est plutôt en faveur de tenter un retour en RS quand cela est possible chez ces patients, ce qui permet souvent d’améliorer les symptômes d’insuffisance cardiaque. Ceci reste néanmoins à confirmer par des études plus solides sur le plan méthodologique.

 

Référence

  • Sanchis K, Cariou E, Colombat M, Ribes D, Huart A, Cintas P, Fournier P, Rollin A, Carrié D, Galinier M, Maury P, Duparc A, Lairez O; Toulouse Amyloidosis Research Network collaborators. Atrial fibrillation and subtype of atrial fibrillation in cardiac amyloidosis: clinical and echocardiographic features, impact on mortality. Amyloid 2019;26:128-138.

 

Retrouvez l'intégralité du dossier spécial "Amylose à transthyrétine : prévalence, rythmologie et imagerie"

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Pfizer Maladies Rares

Pfizer Maladies rares

 

Attention, certaines données publiées peuvent ne pas avoir été validées par les autorités de santé françaises.

La publication de ce contenu est effectuée sous la seule responsabilité de l’Editeur et du Comité de Rédaction qui sont garants de son objectivité.

Pour tout report d'évènement indésirable, merci de contacter le département Pharmacovigilance de Pfizer soit par téléphone au +33 (0)1 58 07 33 89 ou +33 (0)8 00 39 84 50, soit par télécopie au +33(0)1 72 26 57 70 ou soit par e-mail à l'adresse FRA.AEReporting@pfizer.com

Pour toute demande d'information médicale, vous pouvez vous connecter au site internet www.Pfizer.fr (rubrique « Nous contacter » en haut) ou par téléphone au +33 01 58 07 34 40.

 
La thématique Amyloses cardiaques reçoit le soutien de
Pfizer Maladies rares