Évaluation des acides gras oméga 3 en prévention primaire chez les patients diabétiques : l'étude ASCEND

Mis à jour le vendredi 31 août 2018
dans

Congrès de la Société Européenne de Cardiologie (ESC) 2018

Marc Batonga

Le résumé de l'étude ASCEND vous est proposée par le membre du CCF Marc Batonga, interne en cardiologie à Paris.

Dans les études observationnelles antérieures, la consommation de poisson est associée à une diminution du risque cardiovasculaire. Des études faites dans les années 1980 et 1990 recommandent la consommation d’acides gras oméga 3 en prévention secondaire. Cependant, les méta-analyses récentes d’études randomisées n’ont pas montré de bénéfice en prévention primaire et secondaire, notamment chez les patients diabétiques.

La supplémentation en acides gras oméga 3 est-elle bénéfique en prévention primaire chez les patients diabétiques ?

Les méthodes

Il s’agissait d’une étude randomisée (gélule (1g) d’acide gras oméga 3 vs placebo), prospective, contrôlée contre placebo, en double aveugle, multicentrique au Royaume Uni.

Les critères d’inclusion étaient: âge > 40 ans, patient diabétique (quel que soit le type), pas de maladie cardiovasculaire.

Les critères d’exclusion étaient : indication claire à l’aspirine, contre-indication à l’aspirine, incertitude sur bénéficie potentiel de l’aspirine.

Le critère de jugement principal était le premier évènement cardiovasculaire majeur : infarctus du myocarde non fatal, AVC non hémorragique ou AIT, décès pour cause cardiovasculaire excluant toute hémorragie intracrânienne.

Les résultats

Sur la population

De juillet 2005 à juillet 2011, 15 480 patients ont été randomisés (7740 dans groupe aspirine, 7740 dans groupe placebo) .

Il n’y a pas de différence significative entre les deux groupes concernant les caractéristiques cliniques. L’âge moyen était de 63 ans et le suivi moyen de 7,4 ans.

Sur les critères de jugement 

Les évènements cardiovasculaires majeurs sont survenus chez 689 patients (8,9%) dans le groupe acides gras et 712 (9,2%) dans le groupe placebo (RR : 0,97; IC à 95% [0,87 à 1,08], p = 0,55). Le critère composite, évènement vasculaire grave ou d’une revascularisation, est survenu chez 882 patients (11,4%) et 887 patients (11,5%), respectivement (RR : 1,00; IC à 95%, [0,91 à 1,09], p=0,92).

Le décès toute cause est survenu chez 752 patients (9,7%) dans le groupe acides gras et chez 788 (10,2%) dans le groupe placebo (RR : 0,95; IC à 95% [0,86 à 1,05]).

Il n'y avait pas de différence significative entre les groupes sur le taux d’événements indésirables graves.

Effets des Oméga 3 sur la mortalité

Figure 1 : Effet des suppléments d'acides gras oméga-3 sur la mortalité par cause spécifique (ASCEND, ESC 2018)

 

Effet des Omega 3 sur les évènements vasculaires

Figure 2 : Effet des suppléments d'acides gras oméga-3 sur les événements vasculaires graves (ASCEND, ESC 2018)

Effets des Oméga 3 sur la mortalité

Figure 3 : Effet des suppléments d'acides gras oméga-3 sur les événements vasculaires (ASCEND, ESC 2018)

Conclusion

ASCEND est la plus importante (effectif, longue durée de suivi) étude randomisée contrôlée contre placebo sur la supplémentation en acides gras oméga 3. Dans cette étude, la consommation d’acides gras oméga 3 ne réduit pas les évènements cardiovasculaires majeurs.

Références

Toute l'actualité de l'ESC 2018