L’étude EMPEROR-Reduced : l’ajout d’empaglifozine au traitement standard diminue la morbimortalité dans l’IC à FEVG réduite

Mis à jour le lundi 14 septembre 2020
dans

Auteur :

Charles Fauvel
Rouen

Un après l’essai DAPA-HF, qui avait démontré l’efficacité de l’inhibiteur de SGLT2 dapaglifozine chez les patients insuffisants cardiaques (IC) à FEVG altérée (< 40%) sur la diminution des évènements cardiovasculaires et du risque d’hospitalisation pour IC, indépendamment du statut diabétique, les résultats de l’essai EMPEROR-Reduced avec un autre inhibiteur de SGLT2 - l’empaglifozine- ont été présentés en Hotline « digitale ».

L’objectif de cet essai était d’évaluer l’efficacité de l’empaglifozine chez des patients porteurs d’une IC à FEVG altérée, recevant déjà un traitement médical optimal, indépendamment de leur statut diabétique.

Cette étude multicentrique (520 centres dans 20 pays) a randomisé 3730 patients ayant une IC avec FEVG < 40% en 1:1 entre empaglifozine 10 mg/jour et placebo. Les critères d’inclusion étaient un peu différents de DAPA-HF pour recruter des patients un peu plus sévères en y associant des valeurs d’inclusion à des taux de NTproBNP élevés et variables selon la FEVG (600, 1000 ou 2500pg/mL pour des FEVG < 30%, 31-35 et 36 à 40% respectivement) ou une hospitalisation pour IC dans les 12 mois précédents. Les patients inclus étaient sensiblement plus sévères que ceux de DAPA-HF. Il s’agissait majoritairement d’hommes, d’âge moyen de 67 ans, NYHA2 dans 75% des cas à l’inclusion, avec une FEVG moyenne de 27%, un taux moyen de NTproBNP à 1900pg/mL et une fonction rénale avec DFG moyen à 62ml/min/1.73 m2. Ces patients étaient très bien traités puisque presque 95% étaient sous bétabloquants, 70% sous IEC ou ARA2 et 20% sous sacubitril/valsartan, 71% sous antagonistes des récepteurs des minéralocorticoides, 12% des patients avaient une resynchronisation cardiaque et 31% un défibrillateur automatique implantable.

Le critère de jugement principal était le même que pour les précédents essais de phase 3 dans cette population, à savoir le décès cardiovasculaire ou une première hospitalisation pour IC. Les critères de jugements secondaires étaient le nombre total d’hospitalisations pour IC, et l’aggravation du débit de filtration glomérulaire (DFG).

Après un suivi moyen de 14 mois seulement, le critère de jugement principal était atteint chez 19.4% des patients dans le groupe empaglifozine et chez 24.7% des patients dans le groupe placebo (HR 0.75, IC95% [0.65-0.86], p<0.001, Figure 1) soit une diminution du risque relatif de 25% et un nombre de patients à traiter annuellement de 19 pour prévenir un événement. Ce bénéfice était tiré principalement par la diminution du risque relatif de 31% des hospitalisations pour IC. Cet effet était consistant quel que soit le sous-groupe considéré notamment chez les patients diabétiques ou non. À noter que la supériorité de l’emplaglifozine par rapport au placebo était également observée chez les patients traités par sacubitril/valsartan.  

Concernant les critères de jugement secondaire, il y avait significativement moins d’épisodes d’hospitalisation pour IC dans le groupe empaglifozine (388 versus 553 soit un HR=0.70, IC95[0.58-0.85], p<0.001) et le déclin du DFG était significativement plus lent dans le groupe empaglifozine (1.73 ml/min/m2 par an, IC95% [1.10-2.37], p<0.001). Enfin, aucun signal de mauvaise tolérance ne semble avoir été observé au cours du suivi.

En conclusion, chez les patients ayant une IC-FEVG altérée et restant symptomatique malgré un traitement optimal, l’ajout d’emplaglifozine diminue le risque de mortalité cardiovasculaire ou d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque que le patient soit diabétique ou non. Il s’agit donc du deuxième essai de phase 3 démontrant un bénéfice clinique de la classe des inhibiteurs de SGLT2 dans l’IC à FEVG réduite.

 

Figure 1 : résultat sur le critère de jugement principal de l’étude EMPEROR-Reduced

Résultat sur le critère de jugement principal de l’étude EMPEROR-REDUCED

 

Référence bibliographique

Cardiovascular and Renal Outcomes with Empaglifozin in Heart Failure, M.Packer et al, NEJM, August 2020, DOI: 10.1056/NEJMoa2022190)

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Boehringer Ingelheim

Boehringer Ingelheim - Lilly

 

La thématique insuffisance cardiaque reçoit le soutien de
Novartis