EHRA 2021 : arythmies atriales chez les patients avec canal atrioventriculaire - cohorte multicentrique française

Publié le lundi 3 mai 2021
dans

 

Victor Waldmann

Auteur :

Dr Victor Waldmann
Paris

EHRA 2021 sur cardio-online
En direct du congrès de l'EHRA 2021

D'après la présentation de Victor Waldmann (Paris, France) : "Incidence, risk factors and outcomes of atrial arrhythmias in adult patients with atrioventricular septal defect".

Les données sur les arythmies atriales chez les patients avec canal atrioventriculaire (CAV) sont particulièrement pauvres et proviennent principalement de cohortes pédiatriques ou de jeunes adultes. L’objectif de cette étude était d’estimer l’incidence des différents types d’arythmie atriale chez les adultes avec CAV mais aussi d’évaluer les facteurs de risque spécifiques et la morbidité associée. L’ensemble des patients adultes avec CAV suivis dans 3 centres de référence français étaient inclus (Hôpital Européen Georges Pompidou, Paris, Hôpital Louis Pradel, Lyon, Hôpital Marie-Lannelongue, Le Plessis-Robinson). Les CAV avec syndrome d’Eisenmenger ou déséquilibrés équivalents à des cœurs univentriculaires étaient exclus. Parmi un total de 391 patients inclus (âge moyen 36.3±16.3 ans, 61.6% de femmes), avec un suivi moyen de 17.3±14.2 années après la chirurgie, un quart présentait au moins 1 épisode d’arythmie atriale. L’incidence cumulée était de 3.7%, 17.8%, et 55.3% à 20, 40, et 60 ans, respectivement. Le flutter atrial (commun ou atypique) était l’arythmie la plus fréquente jusqu’à l’âge de 45 ans puis la fibrillation atriale devenait prédominante. Différents facteurs de risque étaient également identifiés : l’âge, le nombre de chirurgies cardiaques, la dilatation atriale gauche ou droite, et la présence d’une fuite au moins modérée de la valve atrioventriculaire gauche. Il est important de noter que le type de CAV (partiel ou complet) et l’âge lors de la réparation chirurgicale n’étaient pas significativement associés au risque de développer une arythmie atriale. Enfin, la survenue d’arythmie atriale au cours de la vie était associée à un risque plus important d’implantation de pacemaker, d’insuffisance cardiaque, et d’accidents vasculaires cérébraux. Ces données sont résumées dans la figure suivante :

Les points clefs :

  • Cohorte rétrospective française, 391 patients adultes avec CAV.
  • Risque considérable d’arythmies atriales avec plus d’un quart des patients qui développent une arythmie atriale à 60 ans.
  • Flutter prédominant puis FA après 45 ans.
  • Différents facteurs de risque spécifiques identifiés : âge, nombre de chirurgies cardiaques, dilatation atriale, fuite de la valve AV gauche.
  • Risque aussi important dans les CAV partiels que dans les CAV complets.
  • Morbidité associée significative : pacemaker, insuffisance cardiaque, AVC.

 

Toute l'actualité de l'EHRA 2021