DAPA-HF : la dapagliflozine est bénéfique sur la mortalité de l'insuffisant cardiaque à FEVG altérée quel que soit le traitement de fond de l'IC

Mis à jour le vendredi 17 avril 2020
dans

Auteur :
Pr Albert Hagège
Chef du département de Cardiologie, HEGP, Paris

D’après la présentation de K.F. DOCHERTY, Glasgow durant l’ACC/WCC.20

En direct de l'ACC/WCC.20

ACC 2020

Dans l'essai DAPA-HF, l'inhibiteur SGLT2 dapagliflozine a réduit le risque d'aggravation de l'insuffisance cardiaque (IC) et les décès en cas d'IC à fraction d'éjection altérée.

Méthodes

Cette analyse post-hoc a examiné l'effet du traitement de l'étude dans les sous-groupes avec/sans diurétique, digoxine, antagoniste des récepteurs des minéralocorticoïdes (ARM), sacubitril/valsartan, ivabradine, défibrillateur implantable (DAI) et resynchronisation (RCT) et en fonction de la dose d'IEC/ARA2,  bêtabloquant (BB) et 'ARM (≥ 50 % et < 50 % de la dose cible). Le critère d'évaluation composite associait décès cardiovasculaires ou une aggravation de l'IC. La plupart des patients randomisés (n=4744) recevaient un diurétique (84 %), un IEC/ARA2 (94 %) et un BB (96 %) ; 52 % des patients sous BB et 38 % sous IEC/ARA2 recevaient ≥ 50 % de la dose recommandée.

Résultats

Dans l'ensemble, le rapport de risque dapagliflozine vs placebo était de 0,74 (IC 95 % = 0,65–0,85) pour le critère principal composite (p < 0,0001). L'effet de la dapagliflozine était constant dans tous les sous-groupes examinés, avec un risque relatif de 0,57 à 0,86 pour le critère principal. Le RR chez les patients prenant un IEC/ARA2, BB et MRA à l'inclusion était de 0,72 versus 0,77 chez ceux ne suivant pas ces 3 traitements (p -interaction 0,64).

Conclusion

Le bénéfice de la dapagliflozine est bien constant dans l'IC systolique quel que soit le traitement de fond de l'IC.

 

Toute l'actualité de l'ACC/WCC.20

La thématique insuffisance cardiaque reçoit le soutien de
Novartis