SAVR versus TAVR avec prothèse auto-extensible chez les patients à faible risque de mortalité chirurgicale

Mis à jour le lundi 18 mars 2019
dans

ACC 2019
Le congrès de l'American College of Cardiology (ACC) 2019

PARTNER 3 : Transcatheter or Surgical Aortic Valve Replacement in Low-Risk Patients: Results of the PARTNER 3 Trial

Martine Gilard
Pr. Martine Gilard
Département de cardiologie
CHU La Cavale Blanche (Brest)

 

Depuis sa première implantation en 2004, le TAVI est devenu le traitement de référence chez les patients symptomatiques présentant un rétrécissement aortique et contre-indiqués à la chirurgie ou à haut risque chirurgical et est au même niveau que le remplacement valvulaire chirurgical pour les patients à risque intermédiaire. Qu’en est-il des patients à bas risque chirurgical qui constituent 80% des patients opérés ?

Ce sont 2 études qui répondent à cette question : PARTNER 3 (1000 patients) a testé la valve déployée par ballon (Sapien 3) et Evolut Low Risk (468 patients) la valve auto-expendable (CoreValve) avec randomisation TAVI versus chirurgie. Les patients inclus étaient à bas risque chirurgical (EuroSCORE II 1,5 et STS 1,9) et plus jeunes (73 ans). Le critère primaire de jugement associait mortalité globale et AVC avec en plus les ré-hospitalisations pour PARTNER. 

Les 2 études ciblant la non infériorité sont positives. PARTNER 3 atteint également la supériorité du TAVI sur la chirurgie. Le critère primaire à 1 an est en faveur du TAVI avec dans PARTNER 8.5 vs 15.1% et dans Evolut Low Risk 2.9 vs 4.6%.

PARTNER 3 Vs. Evolut low risk

Les résultats sont remarquables avec une réduction de 50% du critère primaire pour PARTNER 3. Comparé à la chirurgie, dans les études, il y a moins d’AVC et 2 à 3 fois moins de FA, points très importants dans cette population à bas risque. Les taux d’implantation pacemaker et d’Insuffisance aortique sont identiques pour la chirurgie et le TAVI dans PARTNER 3. La durée d’hospitalisation est le double après chirurgie, avec un retour au domicile dans 96% des cas après TAVI contre seulement 2/3 des cas pour la chirurgie. La qualité de de vie est meilleure après TAVI dans les 6 premiers mois, les patients mettant plus de temps à se remettre après la chirurgie.

Les limites de ces études sont notamment que seuls les TAVI accessibles par voie fémorale ont été inclus en sachant qu’elle représente plus de 90% des TAVI en France. Par ailleurs le suivi est de 1 an seulement, mais les études de durabilité ne montrent pas pour le moment de signes inquiétants.

Le TAVI devient donc le traitement de référence du patient symptomatique avec rétrécissement aortique serré, au même titre que la chirurgie, avec une décision finale prise en réunion médico chirurgicale. Ces résultats ont été réçu une standing ovation dans la grande salle du palais des congrès de la Nouvelle Orléans.

 

Evolut Low Risk

Figure 2 : Evolut Low Risk

Partner 3

Figure 3 : PARTNER 3

 

Toute l'actualité de l'ACC 2019