Thrombolyse échographique associée à l’angioplastie primaire: l’échographie devient thérapeutique !

Mis à jour le lundi 18 mars 2019
dans

ACC 2019
Le congrès de l'American College of Cardiology (ACC) 2019

MRUSMI: Sonothrombolysis in ST Segment Elevation Myocardial Infarction Treated with Primary Percutaneous Coronary Intervention: Final Results from the First Randomized Study in Humans

Yves Cottin
Pr. Yves Cottin
Service de cardiologie
CHU Dijon - Hôpital du Bocage (Dijon)

 

L'étude MRUSMI évalue l’intérêt sur la perfusion myocardique d’impulsions échographie à haute énergie sur des microbulles injectées par voie intraveineuse. Il s’agit d’une étude monocentrique en ouvert de faisabilité et de sécurité de cette nouvelle approche chez des patients présentant un infarctus du myocarde ST+ traité par angioplastie primaire (Figure 1).

Après injection, les microbulles sont visualisées dans la lumière artérielle après 10 à 30 secondes. Le faisceau échographique induit des oscillations des microbulles qui peuvent avoir, en fonction de leur intensité, différents effets. Ainsi, à basse énergie (index mécanique, IM), les microbulles se déforment très peu, et par contre si la pression acoustique augmente (IM élevé) les bulles se déforment de manière asynchrone et émettent des fréquences harmoniques et fondamentales. Chez l’animal, cette « cavitation » des microbulles induit des forces de cisaillement qui sont capables de dissoudre le thrombus microvasculaire, mais également une libération d'oxyde nitrique par les cellules sanguines endothéliales.

Ce travail a inclus 100 patients qui ont tous bénéficiés d’une injection de microbulles avant et pendant angioplastie primaire avec application de 2 énergies différentes, un groupe controle avec une basse énergie, et un groupe thérapeutique avec des impulsions intermittentes à haute énergie (Figure 1).

Les auteurs mettent en évidence un pourcentage d’artère coupable TIMI 3 avant l’angioplastie plus élevé chez les patients du groupe « haute énergie » 32 % versus 14 % pour les basses énergies. Les auteurs observent également un pourcentage plus élevé de normalisation du segment ST > 50 % post-angioplastie chez les patients du groupe haute énergie, 59 % versus 33 % (p<0.001), comme des paramètres de perfusion. Il existe aussi une réduction significative de la taille de l’infarctus en IRM, et une meilleur fonction VG en post-PCI et à 6 mois chez les patients du groupe haute énergie (Figure 2).

Ces résultats préliminaires montrent que des impulsions à index mécanique élevé émises lors d’une échographie transthoracique avec injection IV de microbulles peuvent avoir des effets bénéfiques sur la perfusion des gros troncs coronaires et réduire l'obstruction microvasculaire à la phase aigüe d’un STEMI. Cette nouvelle approche semble prometteuse et devant trouver sa place en association avec les traitements pharmacologiques.

Figure 1

Figure 2

 

Toute l'actualité de l'ACC 2019