Comment renforcer en ville la prise en charge post SCA : rôle du généraliste ?

Mis à jour le vendredi 2 juillet 2021
dans
Denis Angoulvant

Auteur :
Pr Denis Angoulvant
Tours

 

 

En dehors des 30% de patients bénéficiant d’une réadaptation cardiaque post IDM, le médecin généraliste est souvent le premier praticien à revoir le patient en consultation au décours d’une hospitalisation pour SCA. Ne serait-ce que pour renouveler l’ordonnance de sortie qu’il découvrira à cette occasion. Son rôle est central dans la prise en charge du patient, comme le rappelle l’assurance maladie qui lui confère la responsabilité d’orienter le patient dans son parcours de soins coordonné. Concrètement, dans le post SCA, le médecin traitant du patient devra non seulement renouveler le traitement mais également s’assurer de sa tolérance et du suivi des règles hygiéno-diététiques prescrites lors de la phase d’hospitalisation et de réadaptation. C’est généralement vers lui que les plaintes du patient seront dirigées en cas d’intolérances médicamenteuses ressenties surtout après lecture attentive des résumés des caractéristiques des produits prescrits et éventuelles rencontres avec des écrits ou des émissions remettant en cause le bien-fondé des traitements proposés. Force est de constater que si les traitements antiagrégants plaquettaires sont rarement modifiés, c’est moins le cas pour les statines ou les IEC et bêtabloqueurs qui seront diminués, voir interrompus, généralement à la demande du patient.

Nos collègues généralistes ayant les mêmes contraintes de temps, les pistes de solutions résident essentiellement dans l’optimisation de la collaboration entre spécialistes. Dans un territoire donné, il est important que les cardiologues puissent avoir un temps d’échange avec les autres professionnels de santé et en premier lieu, les médecins généralistes pour échanger sur les protocoles de prise en charge en post SCA. Les généralistes étant de plus en plus souvent regroupés avec d’autres spécialistes dans le cadre de communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), il est possible de programmer des réunions d’échange pour toucher un nombre significatif de professionnels afin de déterminer des protocoles d’optimisation des traitements et de la surveillance en post SCA.

 

Retrouvez l'intégralité du dossier spécial "Aspect post SCA en ville, post suivi à l'hôpital"

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Sanofi