Anticoagulation par warfarin comparée aux AOD pour la fibrillation atriale chez les patients présentant une amylose cardiaque de type TTR : comparaison des évènements thromboemboliques et hémorragiques majeurs

Publié le mercredi 3 février 2021
dans

Auteur :

Nicolas Lellouche

Pr Nicolas Lellouche
CHU Henri Mondor Créteil

 

Il s’agit d’une étude rétrospective monocentrique ayant inclus 290 patients présentant une amylose cardiaque de type TTR soit de type héréditaire (n=93) soit de type sauvage (n=197). Dans cette population, 217 patients (74.8%) présentaient une FA avec un score moyen de CHA2DS2VASc de 3.7 et un score de HASBLED de 2.6. Parmi ces patients, 78 étaient traités par des AVK (warfarine) et 116 par un AOD. Le reste ne recevait aucun traitement anticoagulant. Le critère principal de jugement était un critère un combiné : AVC, AIT, saignement majeur ou décès total. Après un suivi moyen de 2.4 ans, le critère principal de jugement n’était pas différent entre les patients traités par AVK versus ceux traités par AOD. Le taux moyen d’AVC dans la population AOD était de 3.9% par an et dans le groupe AVK 2.9% par an (pas de différence significative).

Il s’agit d’une étude intéressante car les patients avec amylose cardiaque et FA sont à haut risque thromboembolique et notamment ont un taux de thrombus intra OG important estimé à environ 18% des patients. Cette étude a pour limites qu’elle est rétrospective, monocentrique avec un nombre de patients peu important (même s’il s’agit d’une population très spécifique) pour une étude sur l’anticoagulation et a un critère principal de jugement combiné assez large. Cette étude ne permet pas de répondre formellement si l’utilisation des AOD doit être préférée aux AVK chez ces patients mais du fait de leur stabilité d’action, de leur meilleure efficacité et tolérance globale, la plupart de nos patients sont sous AOD et on ne réserve les AVK que pour les patients présentant une contre-indication à l’utilisation des AOD. De futures études sont nécessaires pour évaluer l’intérêt systématique de ces AOD dans l’amylose cardiaque ou leur efficacité sur les thrombus intra OG dans cette population spécifique.  

 

Référence

 

Retrouvez l'intégralité du dossier spécial "Amylose à transthyrétine : prévalence, rythmologie et imagerie"

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Pfizer Maladies Rares

Pfizer Maladies rares

 

Attention, certaines données publiées peuvent ne pas avoir été validées par les autorités de santé françaises.

La publication de ce contenu est effectuée sous la seule responsabilité de l’Editeur et du Comité de Rédaction qui sont garants de son objectivité.

Pour tout report d'évènement indésirable, merci de contacter le département Pharmacovigilance de Pfizer soit par téléphone au +33 (0)1 58 07 33 89 ou +33 (0)8 00 39 84 50, soit par télécopie au +33(0)1 72 26 57 70 ou soit par e-mail à l'adresse FRA.AEReporting@pfizer.com

Pour toute demande d'information médicale, vous pouvez vous connecter au site internet www.Pfizer.fr (rubrique « Nous contacter » en haut) ou par téléphone au +33 01 58 07 34 40.

 
La thématique Amyloses cardiaques reçoit le soutien de
Pfizer Maladies rares