Le patch ECG permet de détecter 10 fois plus de FA en post-op de chirurgie cardiaque que l’ECG/Holter standard : SEARCH-AF

Mis à jour le mercredi 18 novembre 2020
dans

Auteur :
Professeur Jean-Claude Deharo
Hôpital La Timone, Marseille

 

AHA 2020
En direct de l'AHA Congress 2020

D’après la présentation de Subodh Verma (Toronto, Canada), "Enhanced Monitoring for Atrial Fibrillation Following Cardiac Surgery: Primary Results of the SEARCH-AF Cardiolink Randomized Trial". 

Le but de SEARCH-AF CardioLink était de savoir si le suivi ECG continu pendant 30 jours après chirurgie cardiaque permettrait de détecter plus de FA ou flutter atrial (FlA) chez des patients n’ayant pas de FA/FlA connu(e) jusque-là.

Méthodes

Il s’agit d’une étude multicentrique, randomisée, en groupes parallèles, ouverte. Les patients du groupe « monitoring » étaient équipés pendant les 30 premiers jours suivant la chirurgie  d’un dispositif de surveillance ECG de type « patch » : SEEQ (Medtronic) ou CardioSTAT (Icentia). Les autres étaient suivis de façon conventionnelle (par ECG et/ou Holter à la discrétion des médecins). L’objectif primaire était la détection d’une durée cumulée de FA/FlA de plus de 6 minutes ou la documentation d’une FA/FlA par un ECG 12 dérivations.

Étaient inclus les patients opérés de pontage aorto-coronaire (PAC) isolé et/ou de valve cardiaque, en rythme sinusal à la randomisation, chez lesquels il n’était pas prévu d’introduire un traitement anticoagulant à la sortie, avec un score CHA2DS2VASc ≥4 ou ≥2 si au moins un des facteurs suivants était associé : BPCO, SAS, DFG <60ml/mn/1.73m², dilatation atriale gauche au moins modérée, et IMC >30 kg/m².

Étaient exclus les patients ayant des antécédents de FA/FlA, ayant présenté une FA/FlA dans les 24 heures après chirurgie, qui devaient être traités par anticoagulant pour FA/FlA, ayant une valve mécanique, ayant été hospitalisés pendant plus de 10 jours après la chirurgie ou qui avaient reçu de l’amiodarone.

Résultats

Parmi les 2467 patients évalués pour éligibilité, seulement 336 ont été randomisés, 163 dans le groupe monitoring et 173 dans le groupe conventionnel. L’âge moyen était de 67 et le score de CHA2DS2VASc médian de 3. Un PAC isolé a été pratiqué chez 75% des patients, et une chirurgie valvulaire isolée chez 10%.

Une FA/FlA a été détectée chez 19,6 % des patients du groupe monitoring et seulement 1,7 % des patients dans l’autre groupe. Aucune hétérogénéité n’a été montrée dans les sous-groupes analysés : PAC isolé ou non, plus ou moins de 67 ans, score de CHA2DS2VASc ≥ 4 ou non.

Conclusion

Après chirurgie cardiaque en l’absence d’antécédent de FA, la détection de FA est 10 fois plus importante avec la surveillance ECG prolongée par rapport au suivi conventionnel. De façon décevante, le taux d’anticoagulation n’est pas plus élevé dans le groupe surveillance ECG que dans l’autre groupe. Les événements ischémiques et la mortalité sont restés rares et sans différence significative entre les groupes mais l’étude n’était pas dimensionnée pour répondre à ces questions.

Toute l'actualité de l'AHA 2020

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Boehringer Ingelheim - Lilly et Vifor Pharma

Boehringer Ingelheim

 

Groupe Vifor Pharma
Vifor France