SAMSON : pour démêler le vrai du faux à propos des effets secondaires sous statines

Mis à jour le mercredi 18 novembre 2020
dans

Auteur :
Docteur Serge Kownator
Thionville

 

AHA 2020
En direct de l'AHA Congress 2020

D’après la présentation de James Philip Howard (Londres, Royaume-Uni), "A Three-arm N-of-1 Trial With Statin, Placebo and Tablet Free Periods, to Verify Side Effects and Identify Their Cause: The SAMSON Trial". 

Les statines sont pour les patients et même pour beaucoup de médecins, réputées comme ayant un taux important d’effets secondaires rédhibitoires conduisant à l’arrêt du traitement. Des études ont montré qu’à 1 an environ 40 % des patients abandonnaient le traitement par statine ce qui n’est, pour autant, pas le cas dans les essais randomisés.

L’étude SAMSON, par une méthodologie originale, a cherché à démêler le vrai du faux. Elle a inclus 60 patients qui avaient préalablement interrompu un traitement par statine pour des effets secondaires apparus dans les 15 jours. Ils ont reçu un traitement pour 1 an comportant 3 groupes de 4 flacons contenant soit atorvastatine 20mg, soit un placebo, soit ne contenant rien. Ces flacons étaient utilisés successivement dans un ordre défini par randomisation. Ils devaient évaluer chaque jour grâce à une application spécifique sur smartphone, la sévérité des symptômes sur une échelle de 0 à 100. Un contrôle était en outre planifié 6 mois après l’arrêt de l’étude pour évaluer si les patients étaient ou non sous traitement. Les patients (58,3 % d’hommes) étaient âgés en moyenne de 65,5 ans, 23,3 % d’entre eux étaient en prévention secondaire. De manière logique, on attendait un taux très faible de symptômes avec les boîtes vides, un taux très proche avec le placebo et bien sûr plus important avec la statine. De fait, on constate effectivement peu de symptômes avec les boîtes vides, par contre les symptômes sont ressentis de manière étonnamment importante sous placebo par rapport à ceux rapportés sous traitement avec une « nocebo proportion » de 0.9.

À noter que 6 mois après la fin de l’étude 30 patients sur les 60 prenaient à nouveau un traitement par statine.

Cette étude suggère donc qu’il existe effectivement des effets secondaires sous statines mais qu’ils seraient en grande partie liés à un effet nocebo induit par la prise du comprimé !

Il faut cependant souligner que les patients étaient sélectionnés sur la survenue très précoce des effets secondaires, ce qui n’est pas toujours le cas en pratique et même ce qui peut suggérer l’effet nocebo.

Les effets secondaires sous statines sont réels, ils concernent environ 10 % de nos patients et doivent être pris en compte comme doit être pris en compte la part de l’effet nocebo.

 

Toute l'actualité de l'AHA 2020

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Boehringer Ingelheim - Lilly et Vifor Pharma

Boehringer Ingelheim

 

Groupe Vifor Pharma
Vifor France