La supplémentation en Fer injectable en fin d’hospitalisation après insuffisance cardiaque décompensée avec déficit en fer réduit les ré-hospitalisations pour insuffisance cardiaque : AFFIRM-AHF

Publié le samedi 14 novembre 2020
dans

Auteur :
Erwan Donal
CHU Rennes, Rennes

 

AHA 2020
En direct de l'AHA Congress 2020

D’après la présentation de Piotr Ponikowski (Wrocław, Pologne), "Ferric carboxymaltose for iron deficiency at discharge after acute heart failure: a multicentre, double-blind, randomised, controlled trial”.

Le traitement intra-veineux par carboxy-maltose ferrique (Ferinject®, Vifor Pharma) a démontré un impact sur la capacité fonctionnelle et la qualité de vie des patients insuffisants cardiaques (IC) systolique ayant une déficit martial défini par un dosage de ferritine <100 ng/mL ou 100-299 ng/mL si le coefficient de saturation de la transferrine est <20% (étude AFFIRM).

Ce déficit en fer est fréquent en cas d’insuffisance cardiaque (IC) aigüe, présent dans près de 80% of des cas ; il est de mauvais pronostic, associé à une qualité de vie détériorée, une augmentation du risque d’hospitalisations et de décès cardiovasculaires (CV), qu’il y ait ou non anémie concomitante.

Méthode

AFFIRM-AHF est un essai randomisé multicentrique en double aveugle versus placebo, réalisé dans 121 sites dans le monde, et ayant inclus des adultes hospitalisés pour IC aiguë avec FEVG< 50%, associée à une carence en fer (ferritine <100 μg/L, ou 100-299 μg/L avec saturation en transferrine <20%) et randomisés en 1:1 avant sortie pour recevoir du carboxymaltose ferrique par voie IV ou un placebo pour 24 semaines, dosés en fonction de la sévérité de la carence.

Le critère de jugement principal était un composite des hospitalisations totales pour IC et décès CV jusqu'à 52 semaines après randomisation.

Les critères secondaires étaient les suivants : composite du nombre total d'hospitalisations CV et décès CV ; décès CV; hospitalisations pour IC; délai avant la premi1ère hospitalisation pour IC ou décès CV; et les jours perdus pour hospitalisations pour IC ou décès CV.

Résultats

Ont été analysés 1108 patients (558 sous carboxymaltose et 550 sous placebo). On note :

  • 293 événements primaires après traitement et 372 après placebo (57.2 vs. 72.5 pour 100 patients-années, RR=0.79, ​​IC95%=0.62-1.01, p=0.059) ;
  • 370 hospitalisations CV et décès CV après traitement et 451 après placebo (RR=0.80, IC95%=0.64-1.00, p=0.050) sans différence sur la mortalité CV (14% dans les 2 groupes, HR=0·96, 95%CI 0.70–1.32, p=0·81) ;
  • 217 hospitalisations pour IC après traitement et 294 après placebo (RR=0,74; IC95%=0.58-0.94, p=0.013) ;
  • 181 patients après traitement avec 1ère hospitalisation pour IC ou décès CV et 209 après placebo (32% vs. 38%, HR=0.80, IC95%=0.66-0.98, p=0.030) ;
  • Moins de jours perdus en raison d'hospitalisations pour IC et décès CV après traitement (369 vs 548 jours pour 100 patients-années; RR=0.67, IC95%=0.47–0.97, p=0.035).
  • Une tolérance du traitement est excellente sans surcroit d’événement indésirable grave.

Conclusion

Chez les patients présentant une carence en fer hospitalisés pour décompensation d’une insuffisance cardiaque avec FEVG < 50%, le traitement par carboxymaltose ferrique IV prescrit en phase hospitalière après stabilisation est utilisable sans risque et entraine à 52 semaines une réduction (versus placebo) des ré-hospitalisations pour IC et décès CV de 21% (à la limite de la significativité), due à la seule diminution très significative des ré-hospitalisations pour IC de 26%, et ce après seulement une ou deux injections.

 

 

 

Toute l'actualité de l'AHA 2020

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Boehringer Ingelheim - Lilly et Vifor Pharma

Boehringer Ingelheim

 

Groupe Vifor Pharma
Vifor France
La thématique insuffisance cardiaque reçoit le soutien de
Novartis