METEORIC-HF : effet de l’Omecamtiv Mecarbil sur la capacité à l’exercice chez les patients insuffisants cardiaques chroniques à FEVG altérée

Mis à jour le jeudi 14 avril 2022
dans

D'après la présentation de Gary Michael Felker (Duke, USA) durant l'ACC 2022.

Charles Fauvel

Auteur :
Dr Charles Fauvel
Rouen

Guillaume Bonnet

Relecture :
Dr Guillaume Bonnet
Bordeaux

 

En direct de l'ACC 2022

ACC 2022

Messages clés

  • L’Omecamtiv Mecarbil est un activateur sélectif de la myosine cardiaque qui avait montré son intérêt pour réduire les décès d’origines cardiovasculaires ou hospitalisations pour insuffisance cardiaque (IC) chez les patients avec IC à FEVG altérée (GALACTIF-HF).
  • Dans METEORIC-HF, l’Omecamtiv Mecarbil n’était pas associé à une amélioration des capacités à l’exercice chez les patients porteurs d’une IC à FEVG altérée sous traitement médical optimal.

Introduction

L’intolérance à l’exercice ou réduction des capacités à l’effort est un symptôme très souvent rapporté par les patients insuffisants cardiaques (IC). Néanmoins, les traitements actuellement disponibles ne permettent pas une amélioration de celles-ci.

L’étude GALACTIF-HF a montré que l’Omecamtiv Mecarbil, un activateur sélectif de la myosine cardiaque, réduisait significativement les hospitalisations pour IC ou décès d’origines cardiovasculaires chez les patients IC à FEVG réduite (IC-FER) restant symptomatiques malgré traitement médical optimal.(1,2)

L’essai clinique METEORIC-HF a été désigné pour tester l’hypothèse selon laquelle, cette molécule pouvait aussi améliorer les capacités à l’effort des patients IC-FER.

Design de l'étude

Cette étude est un essai clinique multicentrique, randomisé, contrôlé contre placebo ayant inclus des patients IC-FER avec une intolérance à l’exercice. Cette incapacité à l’effort était évaluée après réalisation d’un « test d’exercice cardio-respiratoire », plus communément appelé VO2 max.

La randomisation 2:1 avait lieu entre Omecantiv Mecarbil per os (débuté à 25 mg deux fois par jour, progressivement titré jusqu’à une concentration plasmatique cible de 300 à 750 ng/mL) versus placebo. Une seconde VO2 max était réalisée au bout de 20 semaines.

Les critères d’inclusion étaient les suivants : âge ≥ 18 et ≤ 85 ans, classe fonctionnelle NYHA II-III, FEVG ≤ 35% dans les 12 derniers mois, traitement de l’IC-FER maximal toléré, NTproBNP ≥ 200 pg/mL, pic de VO2 ≤ 75 % de la valeur prédite pour l’âge et enfin un quotient respiratoire ≥ 1.05.

Les critères d’exclusion étaient les suivants : décompensation d’IC dans les 3 mois précédant l’inclusion, une pression artérielle systolique > 140 ou < 85 mmHg, une fréquence cardiaque de repos > 90 ou < 50 bpm, un taux d’hémoglobine < 10 g/dL, un débit de filtration glomérulaire < 30 mL/min/1.73m2, une valvulopathie sévère non corrigée, fibrillation atriale ou flutter paroxystique ayant nécessité un traitement dans les 6 mois, une arythmie ventriculaire sévère non traitée ou bradycardie symptomatique (BAV2 Mobitz II ou BAV3).

Le critère de jugement principal était la différence entre le pic de VO2 à l’épreuve d’effort à l’inclusion versus celui à 20 semaines.

Les critères de jugement secondaire étaient la différence dans la pente VE/VCO2, dans l’intensité de l’effort fourni, dans l’activité physique quotidienne entre l’inclusion et la réévaluation à 20 semaines.

Résultats

Dans cette étude, 276 patients ont été randomisés : 185 dans le bras Omecamtiv Mecarbil (162 ont complété l’étude à 20 semaines), 91 dans le bras Placebo (81 ont complété l’étude à 20 semaines).

Il est intéressant de noter que l’âge moyen était de 64±10 ans avec une très large majorité d’homme (85 %) en classe fonctionnelle NYHA II (79 %). La FEVG moyenne était de 27±6 %. Le traitement médical de l’IC-FER était particulièrement bien conduit puisque 96 % des patients étaient sous béta-bloquants, 72 % sous antagonistes des récepteurs aux minéralocorticoïdes, 95 % sous IEC ou ARA2 et 66 % sous sacubitril/valsartan. À l’inclusion, le pic de VO2 était de 14.7±3/9 mL/kg/min avec une pente VE/VCO2 de 35.5±7.8 pour un effort mené à 100±35 watts en moyenne.

Il n’existait aucune différence sur le critère de justement principal à 20 semaines (Figure 1). Ce résultat était consistant dans toutes les analyses en sous-groupes. Excepté l’intensité d’effort fourni, il n’existait pas non plus de différences significatives pour les critères de jugement secondaires (Figure 2). Comme dans GALACTIC-HF, il n’existait pas de signal d’alarme en termes de sécurité d’utilisation de l’Omecamtiv Mecarbil.  

Figure 1. Résultat sur le critère de jugement principal : changement entre le pic de VO2 entre l’inclusion et à 20 semaines

Figure 2. Résultats sur les critères de jugement secondaires

Conclusion

Chez les patients IC-FER sous traitement médical optimal bien conduit, l’Omecamtiv Mecarbil n’améliore pas les capacités à l’effort comparé à un traitement placebo.

 

 

Commentaires de l'expert

  • Cette étude négative coupe toutes les promesses concernant l’Omecamtiv dans le cadre d’insuffisance cardiaque sévère.
  • Une amélioration du pic de VO2 à 20 semaines était un critère de jugement très « audacieux » car il est conditionné par de nombreux facteurs dans cette population très « fragile » : déconditionnement, myopathie de l’insuffisance cardiaque, dénutrition, insuffisance chronotrope. 

Références

  1. Teerlink JR, Diaz R, Felker GM, McMurray JJV, Metra M, Solomon SD, et al. Cardiac Myosin Activation with Omecamtiv Mecarbil in Systolic Heart Failure. New England Journal of Medicine. 2021 Jan 14;384(2):105–16.
  2. Teerlink JR, Diaz R, Felker GM, McMurray JJV, Metra M, Solomon SD, et al. Omecamtiv Mecarbil in Chronic Heart Failure With Reduced Ejection Fraction: Rationale and Design of GALACTIC-HF. JACC Heart Fail. 2020 Apr;8(4):329–40. 

 

Toute l'actualité de l'ACC 2022

Ce contenu vous est proposé grâce au soutien institutionnel de :

Sanofi
Vifor Pharma