Essai IVVE : résultats de l’essai clinique évaluant l’efficacité du vaccin antigrippal sur la réduction des événements cardiovasculaires chez les insuffisants cardiaques

Mis à jour le jeudi 14 avril 2022
dans

D'après la présentation de Mark Loeb (Ontario, USA) : « A Randomized Controlled Trial of Influenza Vaccine to Prevent Adverse Vascular Events (IVVE) »

Antonin Trimaille

Auteur :
Dr Antonin Trimaille

 

Guillaume Bonnet

Relecture :
Dr Guillaume Bonnet
Bordeaux

 

En direct de l'ACC 2022

ACC 2022

Messages clés

  • Le vaccin antigrippal a précédemment montré son efficacité dans la réduction des événements cardiovasculaires chez les patients avec maladie cardiovasculaire mais son effet chez les insuffisants cardiaques n’est pas connu
  • L’essai IVVE avait pour objectif d’évaluer l’efficacité du vaccin contre la grippe sur la diminution des événements cardiovasculaires dans une population de patients atteints d’insuffisance cardiaque
  • Le vaccin annuel contre la grippe chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque réduit le risque de pneumonie et d'hospitalisation tout au long de l'année, mais ne semble pas réduire de manière significative le MACE (décès d’origine cardiovasculaire, IDM, AVC et hospitalisation pour insuffisance cardiaque) en dehors de la haute saison de la grippe, par rapport à un placebo.
  • Il existe en période de pic épidémique de grippe une réduction significative du critère de jugement principal dans le groupe Vaccin

Introduction

La grippe augmente le risque d’événement cardiovasculaire et de décès(1). De précédentes études avaient montré une diminution du nombre d’événements cardiovasculaires et de décès d’origine cardiovasculaire avec une vaccination antigrippale, en particulier chez les patients avec syndrome coronaire aigu(2–4). En revanche, son efficacité n’était pas connue jusqu’ici chez les patients insuffisants cardiaques. Cet essai avait pour objectif d’évaluer l’efficacité du vaccin contre la grippe sur la diminution des événements cardiovasculaires dans une population de patients atteints d’insuffisance cardiaque.

Design de l'étude

L’étude IVVE était un essai randomisé, contrôlé, en double aveugle, mené dans 10 pays d’Asie et d’Afrique. Pour être inclus, les patients devaient avoir au moins 18 ans, être atteints d’insuffisance cardiaque et être en classe NYHA 2 ou plus.
Les patients randomisés dans le groupe vaccin bénéficiaient d’une injection intramusculaire de 0.5 mL d’un vaccin inactivé contre la grippe (Vaxigrip). Ceux randomisés dans le groupe placebo recevaient une injection intramusculaire de 0.5 mL de sérum physiologique. Les injections étaient réalisées annuellement sur une période correspondant à 3 saisons grippales.
Les investigateurs avaient prévu deux critères de jugement principal :

  • Le premier critère de jugement principal était le composite des décès d’origine cardiovasculaire, des infarctus du myocarde (IDM) et des accidents vasculaires cérébraux (AVC) ischémiques ;
  • Le second critère de jugement principal était le composite des décès d’origine cardiovasculaire, des IDM, des AVC ischémiques et des hospitalisations pour insuffisance cardiaque.

Résultats

Au total, 2560 patients ont été randomisés dans le groupe Vaccin et 2569 dans le groupe Placebo. Les caractéristiques de base des patients étaient similaires à l’inclusion. Il faut noter qu’une majorité de patients avaient une FEVG altérée (près de deux tiers dans les deux groupes dont presque un tiers avec une FEVG < 30 %) et étaient en classe 2 de la NYHA.

L’analyse primaire de cette étude s’intéressait au premier événement survenu chez les patients. Le taux de survenue des deux critères de jugement principal n’a pas été statistiquement différent (Figure 1), tout comme les critères individuels qui les composent (décès cardiovasculaire, IDM, AVC, hospitalisation pour insuffisance cardiaque). Le nombre total d’hospitalisation a en revanche été plus faible dans le groupe Vaccin (388 patients soit 15.2 %) en comparaison avec le groupe Placebo (455 patients soit 17.1 %, p=0.01), ainsi que le nombre de pneumonies (61 patients soit 2.4 % vs 104 patients soit 4.0 % respectivement, p=0.0006).

Figure 1. Courbes de survie des deux critères de jugement principaux.

L’analyse secondaire permettait d’évaluer les événements récurrents. On observe ainsi une diminution du nombre total d’hospitalisations dans le groupe Vaccin (557 patients soit 21.8 % vs 671 patients soit 26.1 % respectivement, p=0.001) mais pas du nombre d’hospitalisations pour insuffisance cardiaque (p=0.26).

Enfin, le premier critère de jugement principal (décès CV + IDM + AVC) était significativement réduit dans le groupe Vaccin sur la période du pic épidémique de grippe (193 patients soit 7.7 % vs 227 patients soit 9.4 %, Hazard ratio (HR) 0.82 (0.68-0.99)) mais pas sur la période en dehors du pic épidémique (Figure 2). Il en est de même pour les décès d’origine cardiovasculaire (HR 0.77 (0.63-0.94)).

Figure 2. Courbe de survie du premier critère de jugement principal au cours de la période du pic épidémique de grippe (à gauche) et en dehors (à droite).

Conclusion

La vaccination antigrippale n’a pas permis dans cette étude d’obtenir une réduction du critère de jugement principal associant décès d’origine cardiovasculaire, IDM, AVC et hospitalisation pour insuffisance cardiaque dans une population de patients avec insuffisance cardiaque. Le nombre d’hospitalisations toute cause et de pneumonies a en revanche été diminué dans le groupe Vaccin en comparaison avec le groupe Placebo. Il est intéressant de noter qu’en période de pic épidémique de grippe, on observe une réduction significative du critère de jugement principal dans le groupe Vaccin, ce qui encourage à continuer de recommander à nos patients insuffisants cardiaques de se faire vacciner contre la grippe.

Commentaire de l'expert

Nous pouvons retenir seulement les résultats en période d’endémie car les campagnes françaises de vaccination ciblent cette période de forte exposition.

  • Ces résultats vont dans le même sens que les études IAMI et INVESTED examinant l'effet cardiovasculaire des vaccins contre la grippe chez des patients ayant subi un infarctus du myocarde.
  • La vaccination a un faible coût par rapport aux nombreux bénéfices possibles pour nos patients. La significativité statistique lors de périodes endémiques de grippe ne peut que nous encourager à continuer à vacciner nos patients « fragiles » et spécifiquement nos patients insuffisants cardiaques.
  • Nous avons un devoir d’éducation auprès de nos patients parfois réticents, face à une thérapie de prévention si efficace (-20 % de décès toute cause).
  • Pour rappel, en tant que professionnels de santé, nous devons aussi nous vacciner annuellement.
  • Enfin une autre piste de réflexion consisterait à examiner l'effet des vaccins COVID chez les patients souffrant d'insuffisance cardiaque, dans un contexte où le COVID devient lui aussi saisonnier.

 

Références

  1. Kwong JC, Schwartz KL, Campitelli MA, Chung H, Crowcroft NS, Karnauchow T, et al. Acute Myocardial Infarction after Laboratory-Confirmed Influenza Infection. New Engl J Med 2018;378:345–53.
  2. Chow EJ, Rolfes MA, O’Halloran A, Anderson EJ, Bennett NM, Billing L, et al. Acute Cardiovascular Events Associated With Influenza in Hospitalized Adults. Ann Intern Med 2020;173:605–13.
  3. Phrommintikul A, Kuanprasert S, Wongcharoen W, Kanjanavanit R, Chaiwarith R, Sukonthasarn A. Influenza vaccination reduces cardiovascular events in patients with acute coronary syndrome. Eur Heart J 2011;32:1730–5.
  4. Yedlapati SH, Khan SU, Talluri S, Lone AN, Khan MZ, Khan MS, et al. Effects of Influenza Vaccine on Mortality and Cardiovascular Outcomes in Patients With Cardiovascular Disease: A Systematic Review and Meta‐Analysis. J Am Heart Assoc 2021;10:e019636.

 

Toute l'actualité de l'ACC 2022

Ce contenu vous est proposé grâce au soutien institutionnel de :

Sanofi
Vifor Pharma