TALOS-AMI : après 1 mois sous aspirine/ticagrelor en post-infarctus, le passage à aspirine/clopidogrel est aussi efficace et plus sûr !

Mis à jour le jeudi 20 mai 2021
dans
Guillaume Bonnet

Auteur :
Guillaume Bonnet
Bordeaux

A.A. Hagège

Relecture :
Pr Albert Hagège
Paris

ACC21 sur Cardio-online
En direct du congrès de l'ACC 2021

D'après la présentation de Kiyuk Chang (Kwangju, Corée du Sud) : "A prospective, multicenter, randomized, open-label trial to compare efficacy and safety of Clopidogrel versus Ticagrelor in stabilized patients with acute myocardial infarction after percutaneous coronary intervention".

Introduction

Les données sur la désescalade de la bithérapie antiplaquettaire en passant du ticagrelor au clopidogrel chez les patients sont limitées. L'objectif de cette étude est d'examiner l'efficacité et la sécurité du passage du ticagrelor au clopidogrel, chez des patients ayant un infarctus et n'ayant subi aucun événement indésirable au cours du premier mois avec un stent de dernière génération.

Méthodes

TALOS-AMI est une étude multicentrique, randomisée et ouverte à laquelle ont participé 2 590 patients. Après 1 mois de traitement par aspirine et ticagrelor, les patients éligibles sont répartis de manière aléatoire entre :

  1. Aspirine 100 mg plus clopidogrel 75 mg par jour, ou
  2. Aspirine 100 mg plus ticagrelor 90 mg deux fois par jour, dans un rapport 1:1.

Le critère d'évaluation principal est un composite de décès cardiovasculaire, d'infarctus du myocarde, d'accident vasculaire cérébral et d'hémorragie de type 2, 3 ou 5 selon les critères du Bleeding Academic Research Consortium (BARC), de 1 à 12 mois.

Figure 1 : TALOS-AMI

 

 

Résultats

Le critère d'évaluation primaire de décès cardiovasculaire, d'infarctus du myocarde, d'accident vasculaire cérébral, de saignement BARC (Bleeding Academic Research Consortium) 2, 3 ou 5, pour la désescalade par rapport au contrôle actif entre 1 et 12 mois après l'ICP, était : 4,6 % vs 8,2 % (p de non-infériorité < 0,001, p de supériorité < 0,001), en faveur de la stratégie "désescalade ».

 

Figure 2 : TALOS-AMI

Au niveau des critères de jugements secondaires, les auteurs n'ont constaté aucune différence en termes de MACE (décès cardiovasculaire, IDM, AVC) entre les deux stratégies 2,1 % vs. 3,1 % (p = 0,15), et moins de saignements BARC 2, 3 ou 5 dans le bras « désescalade » 3 % vs. 5,6 % du bras contrôle (p = 0,001). 

Figure 3 : TALOS-AMI

 

Conclusion

L'essai TALOS-AMI démontre l'efficacité et la sécurité de la désescalade du traitement antiplaquettaire à un mois de l’infarctus, en passant du ticagrelor au clopidogrel pour les 11 mois suivants.

Commentaires

Ce résultat était principalement dû à une réduction des hémorragies majeures, mais les événements ischémiques étaient également numériquement plus faibles avec une stratégie de désescalade. À noter que dans le groupe "désescalade", le clopidogrel a été administré sans dose de charge.

De plus la désescalade a été effectuée sans test de génotype. Ainsi, le seul bémol est que cet essai, incluant uniquement des patients d'Asie de l'Est, ne soit pas généralisable à nos patients européens présentant un degré différent de « résistance » au plavix.

Malgré tout, le rationnel de l’étude semble fort. En effet, chez les patients bénéficiant d’une intervention percutanée pour un syndrome coronarien aigu, le risque de complications ischémiques est le plus élevé dans la phase précoce (pendant les 30 premiers jours), tandis que la plupart des événements hémorragiques se produisent principalement pendant la phase d'entretien du traitement (après les 30 premiers jours).

Ce résultat s’inscrit dans la continuité des données actuelles de la littérature dans le domaine de la double antiagrégation plaquettaire post-angioplastie. Des essais tels que TWILIGHT ont montré qu'il est possible de poursuivre la monothérapie par ticagrelor et d'abandonner l'aspirine après 3 mois sans pénaliser les résultats ischémiques et en réduisant les résultats hémorragiques chez les patients ayant eu un IDM. De même, l'étude STOPDAPT-2 a suggéré que la monothérapie par clopidogrel pouvait être poursuivie après 1 mois chez les patients stentés dans le contexte d’une cardiopathie ischémique stable et/ou un infarctus. Enfin, dans l'étude HOST-REDUCE-POLYTECH-ACS, le passage au prasugrel à 5 mg par jour après 1 mois était supérieur à la poursuite du prasugrel à 10 mg par jour.

Pour consulter le document complet en langue anglaise présenté lors de l'ACC et accéder aux résultats détaillés, cliquez ici : "A prospective, multicenter, randomized, open-label trial to compare efficacy and safety of Clopidogrel versus Ticagrelor in stabilized patients with acute myocardial infarction after percutaneous coronary intervention".

 

Toute l'actualité de l'ACC 2021

 

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de :

Alliance BMS - Pfizer