L’étripamil par voie nasale améliore les symptômes et réduit le recours aux urgences en cas de tachycardie jonctionnelle paroxystique

Mis à jour le jeudi 20 mai 2021
dans
Orianne Weizman

Auteur :
Orianne Weizman
Nancy

A.A. Hagège

Relecture :
Pr Albert Hagège
Paris

ACC21 sur Cardio-online
En direct du congrès de l'ACC 2021

D'après la présentation de Bruce Sheldon Stambler et al. (Atlanta, États-Unis) : "Etripamil Nasal Spray Relieves Symptoms And Reduces Emergency Room Interventions In Patients With Paroxysmal Supraventricular Tachycardia (PSVT): Analysis Of Clinical Outcomes In The Node-301 Trial".

Contexte

L’étripamil est un inhibiteur calcique développé pour stopper les tachycardies jonctionnelles paroxystiques (TJP) dépendantes du nœud atrioventriculaire. Il s’agit d’un traitement administré par voie intra-nasale, d’action très rapide, ayant pour but de casser les TJP.

Méthodes

L’étude NODE-301 est un essai multicentrique de phase III visant à évaluer la supériorité de l’auto-administrassion - par le patient sans contrôle par un professionnel de santé - d’un spray nasal d’étripamil, en dehors d’un environnement hospitalier, par rapport au placebo chez les patients présentant un épisode de TJP réfractaire aux manœuvres vagales. 156 patients éligibles ont été randomisés en double aveugle dans un ratio 2/1 dans le bras étripamil (107 patients) ou placebo (49 patients). L’étude pivot n’avais pas permis de montrer une différence sur l’arrêt de la tachycardie dans les 5h du début de l’épisode de TJP par rapport au placebo (résultats déjà présentés [1,2]). Cette étude porte sur l’analyse des critères de jugement secondaires de l’étude pivot qui incluaient la régression des symptômes, la nécessité d’une consultation aux urgences ou le recours à un traitement médical urgent (évalué 5h après la prise), ainsi que la satisfaction du patient envers le traitement. Le soulagement des symptômes et la satisfaction étaient évalués avec un questionnaire validé (TSQM-9) dont les scores les plus proches de 100 indiquaient le meilleur résultat.

Résultats

Parmi les 156 patients (âge 56 ans, 68% de femmes), l’étripamil permettait une régression statistiquement significative des symptômes par rapport au placebo (sur le pouls rapide, les palpitations, la dyspnée, les lipothymies, l’anxiété, p <0.05, Figure 1). Les consultations aux urgences semblaient moins fréquentes dans le groupe étripamil (mais p value limite à 0.051) et le délai jusqu’au recours aux urgences était plus longue dans le groupe étripamil (p<0.05, Figure 2). L’efficacité du traitement et la satisfaction étaient meilleures dans le groupe étripamil (scores respectifs 54 vs. 35/100, p=0.001 et 57 vs. 43/100, p=0.007).

 

Figure 1

Figure 2

Conclusions

L’étripamil permet une amélioration des symptômes chez les patients présentant une TJP symptomatique réfractaire aux manœuvres vagales, avec une tendance à la réduction du nombre de recours aux services d’urgences dans le bras étripamil. Ce traitement constituerait une alternative rapide, efficace et facile à utiliser en dehors de tout milieu médical.

Bibliographie

  1. Milestone Pharmaceuticals Inc. Multi-Centre, Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled, Efficacy, and Safety Study of Etripamil Nasal Spray for the Termination of Spontaneous Episodes of Paroxysmal Supraventricular Tachycardia. NODE 301 Trial. clinicaltrials.gov; 2021.
  2. Stambler BS, Dorian P, Sager PT, Wight D, Douville P, Potvin D, et al. Etripamil Nasal Spray for Rapid Conversion of Supraventricular Tachycardia to Sinus Rhythm. J Am Coll Cardiol 2018;72:489–97. https://doi.org/10.1016/j.jacc.2018.04.082.

 

Toute l'actualité de l'ACC 2021

 

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de :

Alliance BMS - Pfizer