Dossier spécial : l'essentiel sur l'insuffisance cardiaque au congrès de l'ESC 2020

Publié le mercredi 16 septembre 2020
dans

 

Malgré son format digital et le peu d’échanges « à chaud », l’ESC 2020 nous a offert une belle vitrine de l’actualité scientifique en cardiologie ainsi que plusieurs résultats importants dans la thématique « insuffisance cardiaque ». La place des inhibiteurs de SGLT2 dans l’insuffisance cardiaque à FE réduite a été clairement affirmée avec les résultats de l’essai de phase 3 EMPEROR-Reduced. Dans la cardiomyopathie hypertrophique obstructive, c’est une nouvelle classe médicamenteuse - inhibiteur de la myosine – qui a fait sensation.
 
Damien Logeart

Insuffisance cardiaque à fraction d’éjection réduite - Inhibiteurs du co-transporteur sodium-glucose 2 : un nouvel espoir dans l'insuffisance cardiaque à FEVG altérée ?

Dans l’IC à FE réduite, la principale Hotline a été la présentation des résultats d’EMPEROR-Reduced avec l’empaglifozine. Après ceux de la dapaglifozine en 2019, ces nouveaux résultats positifs donnent une place incontournable aux inhibiteurs de SGLT2 chez le patient symptomatique avec FEVG altérée, qu’il soit diabétique ou non. On attend de voir quel sera leur positionnement dans l’algorithme thérapeutique dans les prochaines recommandations qui sont attendues en 2021.

Insuffisance cardiaque à fraction d’éjection préservée : un territoire encore à conquérir

Le verre reste encore à moitié plein à moitié vide pour le sacubitril/valsartan avec les résultats de l’essai PARALLAX. Après les résultats mitigés de PARAGON en 2019, les résultats de ce nouvel essai de phase 3 montrent bien une supériorité du sacubitril/valsartan par rapport à l’enalapril ou au valsartan sur la baisse des taux sanguins de NTproBNP, ce qui est certes intéressant, mais pas de supériorité sur les paramètres d’évaluation fonctionnelle des patients.

Cardiomyopathies : enfin du nouveau avec un vrai essai de phase 3 dans la CMH obstructive et l’efficacité clinique démontrée du mavacamten

Les essais thérapeutiques de phase 3 dans les cardiomyopathies sont très rares. Ce congrès peut donc s’enorgueillir d’avoir accueilli la présentation des résultats d’EXPLORER-HCM. Cet essai randomisé contrôlé contre placebo a démontré l’efficacité du mavacamten sur la capacité fonctionnelle et le degré d’obstruction intraVG dans la CMH, ce qui offre une nouvelle arme thérapeutique dans une pathologie pas si rare et souvent difficile à prendre en charge.

Vidéos

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Boehringer Ingelheim

Boehringer Ingelheim