Dossier spécial : insuffisance cardiaque à FE réduite

Mis à jour le vendredi 13 novembre 2020
dans
Damien Logeart

Les nouvelles recommandations européennes pour la prise en charge de l’insuffisance cardiaque prévues en 2021 vont être très attendues. Dans le cadre de l’IC à FEVG réduite, ce ne sont pas moins de 3 nouvelles classes thérapeutiques aux mécanismes d’action très différents qui ont montré un bénéfice clinique au cours des 12 derniers mois : d’une part la classe des inhibiteurs du SGLT2 avec deux molécules (empaglifozine et dapaglifozine) et d’autre part, le vericiguat et l’omecamtiv. Si la thérapeutique des patients va ainsi s’enrichir et se complexifier sensiblement, de nouvelles modalités d’aide à la prise en charge devraient aider à l’application de cet arsenal : éducation, rôle accru des infirmier(e)s avec délégation de tâches, outils connectés et télésurveillance. Cette newsletter fait le point sur les modalités actuelles de prise en charge ainsi que sur l’actualité médicamenteuse et les perspectives à venir après les résultats des grandes études récentes (EMPEROR notamment).

Damien Logeart

Articles

Optimisation du traitement actuel de l’insuffisance cardiaque à fraction d’éjection altérée

Michel Komajda

La stratégie de prise en charge médicamenteuse des insuffisances cardiaques (IC) à fraction d’éjection altérée est une stratégie additive selon laquelle on ajoute progressivement les classes recommandées en fonction de la persistance ou non de symptômes.

Le taux de prescription des médicaments recommandés est en augmentation. Par contre, les dosages restent très en deçà des doses qui ont démontré leur efficacité dans les essais cliniques. Des pistes d’amélioration existent incluant notamment la télécardiologie et l’éducation thérapeutique.
 
Michel Komajda, Paris

 

Les inhibiteurs du co-transporteur sodium glucose de type 2 : avancée thérapeutique dans le diabète mais aussi dans l’insuffisance cardiaque

Pascal de Groote

Depuis quelques années, nous assistons à de grands progrès dans la prise en charge des patients diabétiques avec l’apparition de nouvelles classes d’antidiabétiques efficaces sur le taux d’HbA1c qui diminuent la morbi-mortalité notamment cardiovasculaire de ces patients.

Avec les inhibiteurs du co-transporteur sodium glucose de type 2 (ISGLT2), nous assistons à une révolution thérapeutique qui dépasse le cadre du diabète puisque leur efficacité thérapeutique s’étend à l’insuffisance cardiaque que les patients soient diabétiques ou non.
 
Pascal de Groote, Lille

 

Comment intégrer les nouvelles approches pharmacologiques de l’insuffisance cardiaque dans nos prescriptions ?

Patrick Henry

Les résultats concernant les inhibiteurs des récepteurs SGLT2 (iSGLT2) vont changer l’approche thérapeutique des insuffisants cardiaques, au moins ceux avec FEVG réduite (IC-FER).

De façon concomitante à l’arrivée de cette nouvelle classe, deux autres nouvelles classes thérapeutiques, agoniste de la guanylate cyclase et activateur des myofibrilles, viennent d’être étudiées avec des résultats positifs dans l’IC-FER associées à certains critères de sévérité. L’algorithme thérapeutique de l’IC-FER va donc s’enrichir dans l’intérêt des patients mais va également se complexifier pour le prescripteur. En attendant les prochaines recommandations européennes prévues pour 2021, nous pouvons d’ores et déjà regarder quelles stratégies pourraient être envisagées.

Patrick Henry, Paris

 

Vidéos

 

Ce contenu vous est proposé avec le soutien institutionnel de Boehringer Ingelheim et Lilly

Boehringer Ingelheim - Lilly