Optimisation de la resynchronisation cardiaque guidée par un capteur de contractilité : résultats de l’essai RESPOND-CRT

Sélectionné dans European Heart Journal par Pascale Chemaly, Rodrigue Garcia

Mis à jour le mercredi 30 août 2017

Auteurs :
Josep Brugada, Peter Paul Delnoy, Johannes Brachmann, Dwight Reynolds, Luigi Padeletti, Georg Noelker, Charan Kantipudi, José Manuel Rubin Lopez, Wolfgang Dichtl, Alberto Borri-Brunetto, Luc Verhees, Philippe Ritter, Jagmeet P. Singh

Référence :
Eur Heart J (2017) 38 (10): 730-738.

Date de publication :
Mars 2017

Lien :
Lire le résumé

Le commentaire de Pascale Chemaly, Rodrigue Garcia

Rodrigue Garcia
Rodrigue Garcia
Département de cardiologie
CHU de Poitiers
Pascale Chemaly
Pascale Chemaly
Département de Cardiologie
CHU de Tours
GCF

Introduction

30% des patients ne répondent pas à la resynchronisation cardiaque. Plusieurs études ont montré qu’un guidage échographique pour optimiser le réglage du délai auriculoventriculaire (- AV) et interventriculaire (- VV) permettait de réduire le nombre de non répondeurs, mais il reste peu réalisé en raison des difficultés techniques et logistiques.

SonR est un système de capteur inséré à l’extrémité de la sonde atriale d’un défibrillateur avec resynchronisation cardiaque (-CRT D). Il est composé de micro accéléromètres qui détectent les vibrations mécaniques cardiaques, corrélées à la contractilité cardiaque, et permettent une adaptation automatique hebdomadaire du délai AV et VV, de repos et d’effort.

Objectif

Cette étude avait pour but de déterminer la sécurité et la faisabilité de ce système de détection.

Méthode

RESPOND CRT était un essai thérapeutique randomisé prospectif, en double aveugle, multicentrique, de non infériorité. Les patients inclus avaient une indication d’implantation d’un CRT D. Ils étaient randomisés en deux groupes, l’un avec un réglage automatique hebdomadaire du délai AV et VV (groupe SonR), l’autre avec une optimisation guidée par l’échographie (groupe Echo).

L’efficacité était jugée sur le taux de répondeurs sur des critères cliniques (absence de complications liées à l’insuffisance cardiaque, amélioration des échelles NYHA et de qualité de vie), et la sécurité sur l’absence de complications aigües ou chroniques liées à la sonde atriale et son système de capteur.

Résultats

670 patients ont été randomisés dans le groupe SonR et 328 dans le groupe Echo.

Le taux de répondeurs était de 75 % dans le groupe SonR et 70,4% dans le groupe Echo (écart moyen de 4,6% ; IC 95% [-1,4% à 10,6%] ; p de non infériorité < 0,001.

98,5% patients dans le bras SonR n’avaient pas de complications liées aux sondes, IC 95% [97,3 – 99,2%] ; p<0,001, contre 99,8 % dans le bras Echo IC 95% [99,1 – 100%] ; p<0,001.

A long terme, il y avait une réduction du taux d’hospitalisation pour insuffisance cardiaque de 35% dans le groupe SonR.

Conclusion 

Le capteur de contractilité cardiaque n’est pas inférieur à un écho guidage pour une optimisation de la resynchronisation cardiaque, en terme de sécurité et d’efficacité, et permet une diminution à long terme des hospitalisations liées à de l’insuffisance cardiaque. 

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire