Comparaison randomisée entre la procainamide et l'amiodarone intraveineuse comme traitment de la tachycardie à QRS large bien tolérée : l'étude PROCAMIO

Sélectionné dans European Heart Journal par Pascale Chemaly

Mis à jour le mercredi 30 août 2017
dans

Auteurs :
Mercedes Ortiz, Alfonso Martın, Fernando Arribas, Blanca Coll-Vinent, Carmen del Arco, Rafael Peinado and Jesus Almendral, on Behalf of the PROCAMIO Study Investigators

Référence :
Eur Heart J 2017 May 1;38(17):1329-1335.

Date de publication :
Mai 2017

Lien :
Lire le résumé

Le commentaire de Pascale Chemaly

Pascale Chemaly
Pascale Chemaly
Département de Cardiologie
CHU de Tours
GCF

Introduction

La tachycardie ventriculaire (-TV) bien tolérée sur le plan hémodynamique, c’est à dire avec une pression artérielle systolique restant supérieure à 90 mmHg, et sans signe d’insuffisance cardiaque, peut être traitée d’après les recommandations (classe II) par de l’amiodarone intraveineux (-IV) ou du procainamide IV.

L’objectif de cette étude était de comparer ces deux traitements en termes de sécurité et d’efficacité dans la réduction des TV soutenues monomorphes bien tolérées.

Méthode 

PROCAMIO était une étude multicentrique, prospective, randomisée. 39 patients ont reçu de la procainamide IV (10 mg/Kg injecté en 20 minutes), et 35 patients de l’amiodarone IV (5 mg/Kg injecté en 20 minutes).

Le critère de jugement principal était l’incidence des complications cardiaques majeures définies par des signes cliniques d’hypoperfusion périphérique, des signes d’insuffisance cardiaque ou une hypotension artérielle sévère. Un des critères de jugement secondaire était la capacité du médicament à interrompre la tachycardie dans les 40 minutes suivant le début de l’injection du produit.

Résultats 

Il y avait de manière statistiquement significative plus de complications cardiaques majeures dans le groupe amiodarone en comparaison au groupe de patients ayant reçu de la procainamide (9% versus 41%, OR = 0,1 ; IC95% [0,03 – 0,6 ; p=0,006]). L’effet secondaire le plus fréquent était une hypotension artérielle sévère nécessitant une cardioversion électrique en urgence. La procainamide était statistiquement plus efficace pour réduire la tachycardie (67% versus 38%; OR = 3,3 ; IC 95% [1,2 – 9,3], p = 0,026).

Parmi les patients ayant une cardiopathie, les effets secondaires cardiaques majeurs étaient également statistiquement moins fréquents dans les 40 minutes suivant le début de l’injection en cas de traitement par procainamide (11% versus 43% ; OR= 0,17 ; IC95% [0,04 – 0,73], p= 0,017).

Conclusion

La procainamide permet de réduire plus efficacement que l’amiodarone les tachycardies régulières à QRS larges bien tolérées, avec moins d’effets secondaires cardiaques majeurs, sur cœur sain ou pathologique.

Mots clés: Rythmologie Rythmologie

1 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire

bernard Lahitton vendredi 30 juin 2017, 13:59

Il y a 40 ans dans les annees 1975 nous traitions au chu de Bordeaux ( Pr Warin ) les TV bien supportées hemodynamiquement par le pronestyl iv a raison de 1cc par mn jusqu a la dose de 10 cc en surveillant chaque mn laTA et ecg continu
La réduction etait obtenue 9 fois sur 10 avant la dose max et le relais etait pris par la voie orale
.puis le produit a cessé d etre commercialise et revient aujourd hui
Ca rajeunit