Bénéfice du switch de la double anti-agrégation plaquettaire du Ticagrelor ou Prasugrel par du Clopidogrel à 1 mois d’un SCA : étude randomisée.

Sélectionné dans European Heart Journal par Alexandre Gautier
jeudi 13 juillet 2017
  • Auteurs : Cuisset T ; Deharo P, Quilici J, Johnson TW, Deffarges S, Bassez C, Bonnet G, Fourcade L, Mouret JP, Lambert M, Verdier V, Morange PE, Alessi MC, Bonnet JL
  • Référence : Eur Heart J ehx175.
  • Publié le : Mai 2017
  • Lien vers l'article : Lire le résumé
Mon commentaire par Alexandre Gautier
Alexandre Gautier
Alexandre Gautier
Collège des Cardiologues en Formation
GCF

Introduction

L’étude TOPIC est un essai clinique monocentritique, randomisé, mené durant 1 an, évaluant le bénéfice, en termes de réduction du risque hémorragique, d’un switch de la double anti-agrégation plaquettaire (DAPT) après un syndrome coronaire aigu (SCA).

La stratégie recommandée actuellement est d’initier une DAPT associant aspirine et inhibiteur de P2Y12 (Ticagrelor ou Prasugrel) lors de la prise en charge d’un SCA.

Méthode 

Population : les patients étudiés ont tous présenté un SCA traité par angioplastie et DAPT associant Aspirine et inhibiteur de P2Y12 (Ticagrelor ou Prasugrel), ils ne devaient pas avoir présenté d’évènement cardio-vasculaire majeur (MACE) durant le premier mois.

Intervention : 646 patients ont été randomisés.

  • Le premier groupe « Switch DAPT » avait une modification de la double anti-agrégation plaquettaire à 1 mois avec remplacement de l’inhibiteur P2Y12 par du Clopidogrel.
  • Le second groupe « Unchanged DAPT » représente la stratégie classique en poursuivant la DAPT avec l’inhibiteur P2Y12 initialement introduit.

Critère de jugement : le critère principal de jugement est un critère composite associant : décès, revascularisation urgente, AVC et saignement BARC ≥ 2. Chacun de ces critères a fait l’objet d’une analyse secondaire.

Résultats 

L’analyse faite en intention de traiter montre une différence statistiquement significative en faveur du groupe « Switch DAPT » pour le critère primaire avec HR 0,48 ; IC95%[0,34-0,68] p < 0,01.

Cette différence n’est pas le fait d’une modification du taux d’évènements ischémiques HR 0,8 IC 95 % [0,5-1,29] p = 0,36 ; mais est due à une diminution significative des complications hémorragiques (BARC ≥ 2) dans le groupe « Switch DAPT » (4,0% vs 14,9%) HR 0,30 IC 95% [0,18-0,5], p<0,01.

Conclusion

Cette étude suggère que les patients sans événement cardio-vasculaire majeur dans le premier mois suivant une angioplastie pour SCA bénéficieraient d’un switch de DAPT à 1 mois, en diminuant les complications hémorragiques sans augmentation du risque ischémique.

Cette étude de safety ouvre donc la porte pour de nouvelles stratégies thérapeutique intégrant le caractère dynamique du risque après un SCA avec une prédominance de risque ischémique dans la phase précoce évoluant progressivement vers un risque de complication hémorragique. L’implication en termes de réduction de coût est également à prendre en compte.

 

Voir aussi : Les enseignements de l'étude TOPIC - T. Cuisset, G. Cayla

 

>>> autres revues

Mots clés: Médicament Médicament

Réagissez ! Partagez votre opinion avec la communauté