Stent Hexacath OPTIMAX© : nouvelle référence dans le syndrome coronaire aigü ?

Mis à jour le mercredi 13 juin 2018
dans

Dans le monde très concurrentiel des stents coronaires, le stent TITAN OPTIMAX© de la société française Hexacath est en train de se tailler la part du lion. En effet, après que son petit frère, le TITAN2© ait montré une non-infériorité par rapport à une des références mondiales qu’est le stent actif XIENCE© en ce qui concerne l’efficacité, et une supériorité en termes de tolérance, voilà que le 24 mai 2018, le Dr Pasi Karjalainen annonçait à l’Euro-PCR les résultats à 18 mois de l’étude TIDES-ACS qui étaient particulièrement favorables à ce nouveau stent dans les syndromes coronaires aigus (SCA).

Dans cette étude internationale (12 pays) ayant randomisé 1491 patients présentant un SCA et comparant un stent actif traditionnel, le SYNERGY© de Boston Scientific, recouvert d’un polymère biodégradable libérant de l’everolimus, et le TITAN OPTIMAX© d’Hexacath, stent bioactif ayant un revêtement en oxynitrure de titane (TiNO) avec une plateforme en cobalt-chrome, ce dernier s’est révélé supérieur en tous points au SYNERGY©.

Le critère principal composite de jugement comportait les décès de cause cardiaque, le re-infarctus et les saignements majeurs et il est survenu chez 3.7% des patients sous OPTIMAX© versus 7.8% des patients sous SYNERGY© (p=0.001).
En ce qui concerne les MACE (Major Adverse Cardiac Events, événements cardiaques graves), la mortalité était à 0.6% pour l’OPTIMAX© versus 2.6% pour le SYNERGY© (p=0.002), l’infarctus non-fatal était à 2.2% versus 5% (p=0.004) respectivement.

La revascularisation motivée par une ischémie myocardique était cependant plus élevée dans le groupe OPTIMAX© (5.8%) que dans le groupe SYNERGY© (4.4%) (p=0.26 NS).

Cette étude semble donc profiler un possible changement dans la prise en charge des syndromes coronaires aigus avec un nouveau stent bioactif possiblement supérieur aux stents actifs habituellement employés dans cette indication.

Stent Hexacath OPTIMAX - Figure 1
Stent Hexacath OPTIMAX - Figure 2
Stent Hexacath OPTIMAX - Figure 3

 

Adrien Pasteur-Rousseau

 
Par Adrien Pasteur-Rousseau du Collège des Cardiologues en Formation - CCF

GCF

Mots clés: Interventionnel Interventionnel

Dépêche précédente

Quelle est la place du Clopidogrel en post TAVI en 2018 ?

Dépêche suivante

Confusion mentale postopératoire : le déclin cognitif revient presque à la normale 1 an après

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire