Maladie coronaire stable et diabète : le sur-risque ischémique restreint aux cas de mauvais contrôle glycémique

Mis à jour le jeudi 17 mai 2018
dans

WASHINGTON, 15 mai 2018 (APMnews) - Le sur-risque d'évènement ischémique à 5 ans lié au statut diabétique chez les coronariens stables est restreint aux patients ayant une glycémie mal contrôlée, selon une étude française publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

On manque de données observationnelles sur le lien entre diabète, contrôle glycémique et évènements ischémiques et hémorragiques chez les coronariens stables recevant un traitement de prévention secondaire moderne, soulignent Gilles Lemesle au CHU de Lille et ses collègues.

Au sein de la cohorte multicentrique CORONOR qui suit 4.184 patients coronariens stables de l'ex-région Nord-Pas-de-Calais (Hauts-de-France), 1.297 patients présentaient un diabète et 1.146 d'entre eux avaient eu un dosage récent de l'hémoglobine glyquée (HbA1c). Parmi les diabétiques, 48% avaient une glycémie mal contrôlée, avec une HbA1c supérieure ou égale à 7%.

Par rapport aux patients non diabétiques, le risque d'évènement ischémique à 5 ans était significativement augmenté de 57% chez les patients diabétiques ayant une HbA1c supérieure ou égale à 7%, tandis que ce risque n'était pas augmenté chez les diabétiques bien contrôlés.

Les patients diabétiques mal contrôlés présentaient un risque ischémique significativement plus élevé de 47% que les patients diabétiques bien contrôlés.

Le risque hémorragique quant à lui était plus élevé chez les diabétiques que chez les non-diabétiques, qu'ils soient bien contrôlés (+66%) ou mal contrôlés (+75%). Il n'y avait pas de différence de risque entre patients diabétiques bien contrôlés et mal contrôlés.

"Nos données suggèrent que le niveau d'hémoglobine glyquée devrait être pris en compte pour les recherches et les essais interventionnels futurs chez les patients diabétiques ayant une maladie coronaire", et ces résultats "devraient aider les médecins à gérer les traitements anti-thrombotiques prolongés chez les patients diabétiques coronariens stables", concluent les auteurs.
(JAHA, publication en ligne du 4 mai)

Source :  APM International

Dépêche précédente

Les stents actifs pas plus efficaces que les stents nus dans les lésions de novo des greffons veineux de pontage coronaire

Dépêche suivante

Angor stable : le bénéfice de la revascularisation percutanée confirmé par plusieurs études

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire