Les statines en prévention primaire chez les personnes âgées bénéfiques uniquement en présence de facteur de risque

Mis à jour le vendredi 6 avril 2018
dans

MONTPELLIER, 3 avril 2018 (APMnews) - L'initiation des statines chez les personnes âgées en prévention primaire cardiovasculaire est bénéfique en présence d'un facteur de risque cardiovasculaire, mais apparaît inutile en l'absence d'un tel facteur, selon une étude de cohorte française présentée la semaine dernière aux journées communes des associations Adelf (Association des épidémiologistes de langue française) et Emois (Evaluation, management, organisation, information, santé) à Montpellier.

Le rapport bénéfice/risque des statines chez les personnes âgées reste incertain. Julien Bezin de l'Inserm à Bordeaux et ses collègues ont évalué l'efficacité d'un tel traitement, en fonction du risque cardiovasculaire des personnes âgées.

Leur étude a porté sur une cohorte de 7.284 nouveaux utilisateurs de statines entre 2009 et 2012, âgés de 75 ans et plus, appariés chacun à un non-utilisateur selon l'âge, le sexe et les antécédents cardiovasculaires. Parmi les patients, 5% étaient à haut risque cardiovasculaire et étaient donc traités en prévention secondaire, 85% à risque modéré, traités en prévention primaire avec la présence d'un facteur de risque identifié, et 10% à risque faible, traités en prévention primaire en l'absence de facteur de risque identifié. Ils ont été suivis en médiane 4,7 ans.

Le risque de survenue d'un syndrome coronaire aigu ou du décès de toute cause était significativement réduit de 25% par année cumulée d'utilisation de statines dans le groupe à haut risque cardiovasculaire, et de 7% par année d'utilisation dans le groupe à risque modéré, selon le résumé de la communication.

En revanche, l'utilisation des statines n'était pas associée à une diminution du risque de survenue d'évènements dans le groupe à faible risque.

"Cette étude confirme le bénéfice d'une initiation des statines chez les personnes âgées en prévention secondaire cardiovasculaire. Cependant, en prévention primaire, les personnes âgées sans facteur de risque cardiovasculaire identifié ne semblent pas tirer bénéfice d'un tel traitement. Cette étude renforce l'idée d'une utilisation rationnelle des statines dans la population", concluent les auteurs.

Source : APM International

Dépêche précédente

Hypercholestérolémie: l'acide bempedoïque efficace en ajout à un anti-PCSK9 (phase II)

Dépêche suivante

Chirurgie cardiaque : bénéfice modeste d'une restriction calorique pré-opératoire sur la survenue de lésions rénales

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire