Les AOD intéressants en post-infarctus ST+ (méta-analyse)

Publié le jeudi 8 février 2018
dans

WASHINGTON, 7 février 2018 (APMnews) - Associer un anticoagulant oral direct (AOD) à la bithérapie d'anti-agrégants plaquettaires apporterait un bénéfice après un infarctus avec sus-décalage ST, mais le rapport bénéfice-risque est en revanche défavorable dans les syndromes coronaires aigus (SCA) sans sus-décalage ST, selon une méta-analyse publiée dans le JAMA Cardiology.

Dans le passé, on avait tenté d'évaluer l'association d'anti-agrégants et d'un anticoagulant oral antivitamine K en post-SCA, avec des résultats contradictoires. Plus récemment, plusieurs études avec des associations AOD-bithérapie anti-agrégante avaient suggéré que cela diminuerait le risque de récidive ischémique, mais au prix d'une augmentation du risque de saignement.

Mauro Chiarito de l'université de Milan et ses collègues ont voulu voir si l'effet était différent selon que les patients avaient un infarctus ST+ ou un SCA ST-.

Ils ont regroupé les données de six études de phase II ou III ayant comparé un AOD et un placebo en sus d'une bithérapie anti-agrégante: APPRAISE, APPRAISE 2 et APPRAISE J avec l'apixaban (Eliquis*, Bristol-Myers Squibb/Pfizer), ATLAS ACS TIMI 46 et ATLAS ACS 2 TIMI 51 avec le rivaroxaban (Xarelto*, Bayer) et REDEEM avec le dabigatran (Pradaxa*, Boehringer Ingelheim).

Au total, ce sont 29.667 patients qui ont été évalués dans cette méta-analyse. La durée d'étude allait de 6 mois à 13 mois selon les études.

Une différence a été observée entre les deux catégories de syndromes coronaires aigus. Pour les infarctus ST+, les AOD ont permis de diminuer de 24% le risque de décès cardiovasculaire, infarctus ou accident vasculaire cérébral. Au contraire, pour les SCA ST-, il n'y avait qu'une baisse de risque de 8%, non statistiquement significative.

Par ailleurs, quel que soit le type de SCA, le risque de saignement majeur était triplé.

Ainsi, alors que dans le SCA ST-, le rapport bénéfice-risque apparaît défavorable, dans les ST+ les auteurs estiment que le bénéfice net est positif (quand on compare le nombre de patients à traiter pour avoir un bénéfice et le nombre pour avoir une complication).

De nouvelles études devraient donc être conduites pour évaluer de façon plus ciblée les AOD associés aux anti-agrégants uniquement dans l'infarctus ST+.

(JAMA Cardiology, publication en ligne du 7 février)

Source : APM International

Mots clés: Coronaire Coronaire , Médicament Médicament

Dépêche précédente

Les AOD pourraient augmenter le risque d'atteinte rénale aiguë en cas de maladie rénale chronique avancée

Dépêche suivante

Phase II positive pour le MGL-3196 dans l'hypercholestérolémie familiale

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire