Le risque d’insuffisance cardiaque augmenté de 30% chez les polyarthritiques

Publié le jeudi 1 février 2018
dans

WASHINGTON, 30 janvier 2018 (APMnews) - Les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde (PR) ont un risque augmenté de 30% par rapport à la population générale de développer une insuffisance cardiaque, indépendamment des autres facteurs de risque cardiovasculaire, selon une étude danoise publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

Le risque plus élevé de maladie cardiovasculaire et de mortalité cardiovasculaire est bien établi chez les patients atteints de PR. Des études ont rapporté une prévalence accrue des facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels chez ces patients, et cet excès de risque cardiovasculaire semble comparable à celui observé chez les patients atteints de diabète de type 2, rappellent Usman Khalid de l’hôpital universitaire Herlev et Gentofte à Hellerup (Danemark) et ses collègues.

Les choses sont moins claires concernant le risque d’insuffisance cardiaque chez les polyarthritiques, peu d’études ayant évalué le lien entre les 2 conditions. Or des études récentes ont montré qu’une inflammation systémique persistante jouait probablement un rôle clé dans le développement et la progression de l’insuffisance cardiaque, et il est très concevable qu’un état inflammatoire systémique chronique tel que la polyarthrite rhumatoïde confère un risque accru d’insuffisance cardiaque, indépendant des facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels, soulignent les auteurs.

Ils ont réalisé une étude sur l’ensemble de la population danoise de 18 ans et plus, suivie de janvier 2008 à décembre 2012 ou jusqu’à la première hospitalisation pour insuffisance cardiaque, la migration ou le décès, sans insuffisance cardiaque au départ, soit plus de 4,3 millions de personnes. Parmi elles, 24.343 avaient eu un diagnostic de PR entre 1978 et 2008.

Au sein de la population de référence, 49.879 personnes ont développé une insuffisance cardiaque, et 744 parmi les personnes atteintes de PR. L’incidence des premières hospitalisations pour insuffisance cardiaque était de 2,43 dans la population de référence contre 6,64 parmi les patients atteints de PR.

Après ajustement en fonction de l’âge, du sexe, de l’année calendaire, des comorbidités, des médicaments concomitants, du statut socio-économique, de la consommation d’alcool et du tabagisme, l’incidence de l’insuffisance cardiaque était significativement augmentée de 30% chez les patients atteints de PR.

Ces résultats "sont un ajout important aux preuves apportées par les études précédentes, en démontrant un risque plus élevé d’insuffisance cardiaque incidente dans la PR, qui semble indépendant des facteurs de risque cardiovasculaire traditionnels", concluent les auteurs.

Ils suggèrent de mener des études afin d’évaluer l’intérêt d’un dépistage plus vigilant de l’insuffisance cardiaque chez ces patients.

(JAHA, publication en ligne du 19 janvier)

Source : APM International

Dépêche précédente

Insuffisance cardiaque: le traitement médicamenteux souvent insuffisant avant une resynchronisation ou un défibrillateur

Dépêche suivante

Les AOD intéressants en post-infarctus ST+ (méta-analyse)

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire