Le bénéfice de l'angioplastie dans les occlusions coronaires totales démontré dans une étude randomisée

Publié le jeudi 18 mai 2017

PARIS, 18 mai 2017 - Le traitement des occlusions coronaires totales chroniques par intervention coronaire percutanée apporte un bénéfice aux patients par rapport au traitement médical, montre une étude randomisée présentée jeudi au congrès de cardiologie interventionnelle EuroPCR à Paris.

Les occlusions coronaires totales chroniques concernent environ 20% des patients présentant une maladie coronaire stable. Pourtant, seules 7% des interventions coronaires percutanées sont réalisées dans ce type de lésion, montrant qu'une part de ces patients sont traités de façon invasive, a rappelé Gerald Werner de l'hôpital de Darmstadt (Allemagne), lors d'une conférence de presse du congrès où il a présenté l'étude EURO-CTO en amont de sa présentation en session "late-breaking".

L'une des raisons de ce manque d'interventionnisme était l'absence d'étude randomisée. D'où cette étude européenne, qui a randomisé 396 patients dans un rapport 2:1 entre une intervention et un traitement médical optimal.

L'étude montre d'abord la faisabilité de la revascularisation de ces lésions totalement occluses, puisque 86,3% des occlusions ont pu être réouvertes avec succès.

Il n'y a eu ni décès ni infarctus lors de l'intervention. Le taux d'événement coronaire ou cérébrovasculaire majeur à un an était de 0,4%.

Sur la base du Seattle Angina Questionnaire (SAQ), le chercheur a montré que l'intervention apportait un bénéfice par rapport au traitement uniquement médical, par une amélioration des symptômes cliniques et de la qualité de vie des patients.

Une diminution de la fréquence des épisodes angoreux a été observée, avec notamment une augmentation de la proportion de patients qui n'ont présenté aucun angor durant le suivi.

L'intervention coronaire percutanée devrait donc être considérée comme une option de traitement de première ligne dans les occlusions coronaires totales chroniques et être incluse dans les recommandations, a conclu le chercheur.

Source : APM International

Dépêche précédente

VIH: le ténofovir protègerait contre l'insuffisance cardiaque

Dépêche suivante

Phase II positive pour le macitentan dans l'hypertension pulmonaire thromboembolique

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire