Fibrillation atriale : l'anticoagulation orale pré-opératoire ne semble pas augmenter la mortalité

Publié le vendredi 12 janvier 2018
dans

WASHINGTON, 8 janvier 2018 (APMnews) - La fibrillation atriale pré-existante est associée à un risque accru de mortalité après une chirurgie urgente, mais pas après une chirurgie élective, le traitement anticoagulant pré-opératoire, notamment les anticoagulants oraux directs (AOD), semblant exempts de responsabilité dans cette augmentation du risque, selon une étude canadienne publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

Les AOD sont de plus en plus utilisés mais on dispose de peu d'informations sur l'évolution des patients avec une fibrillation atriale traités par ces médicaments et recevant une chirurgie non cardiaque majeure, une situation qui peut se rencontrer fréquemment, soulignent Yin Ge de l'université de Toronto et ses collègues.

Ils ont étudié une population de patients âgés de 66 ans et plus, ayant reçu une chirurgie non cardiaque majeure élective (87.257 patients dont 4.769 avec une fibrillation atriale) ou urgente (35.930 patients dont 4.612 avec une fibrillation atriale) en Ontario entre 2012 et 2015. Les analyses ont été ajustées en fonction d'un score de propension.

Le risque de décès à 30 jours après chirurgie urgente était significativement plus élevé de 28% en cas de fibrillation atriale pré-existante. Ce n'était pas le cas après chirurgie élective: une fibrillation atriale pré-existante n'était pas associée à un risque de décès plus élevé.

Parmi les patients ayant une fibrillation atriale, il n'y avait pas de différence significative de mortalité post-opératoire entre ceux qui recevaient un traitement anticoagulant pré-opératoire et ceux qui n'en recevaient pas, que ce soit en cas de chirurgie urgente (Hazard ratio = 0,95) ou de chirurgie élective (HR = 0,65). De même, il n'y avait pas de différence significative de risque d'évènement thrombo-embolique ni de risque hémorragique entre patients anticoagulés et non anticoagulés, en chirurgie urgente ou élective.

Et parmi les patients sous anticoagulant, aucune différence de mortalité n'a été observée entre ceux qui recevaient un AOD et ceux qui recevaient la warfarine, après chirurgie urgente (HR = 0,91) ou élective (HR = 1,64). Aucune différence significative n'a également été observée en termes d'évènements thrombo-emboliques ou d'hémorragie.

"Nos résultats suggèrent que la fibrillation atriale représente un facteur prédictif indépendant de mortalité peropératoire en chirurgie non cardiaque majeure urgente, ce qui ne semble pas lié à l'utilisation d'une anticoagulation orale ou d'évènements hémorragiques", concluent les auteurs.

(JAHA, publication en ligne du 12 décembre)

 

Source : APM International

Mots clés: Chirurgie Chirurgie , Rythmologie Rythmologie

Dépêche précédente

BPCO : les bronchodilatateurs augmentent de 50% le risque cardiovasculaire dans le premier mois de traitement

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire