Diabète: moins de risque de mort subite et d’arythmie ventriculaire sous glibenclamide que sous glipizide

Publié le mardi 13 février 2018

WASHINGTON, 13 février 2018 (APMnews) - La sulfonylurée glibenclamide est moins à risque de mort subite et d’arythmie ventriculaire que le glipizide, selon une étude rétrospective parue dans Diabetes Care.

Charles Leonard, de l’université de Pennsylvanie (Etats-Unis), et ses collègues ont étudié le risque de mort subite ou d’arythmie ventriculaire associé à différentes sulfonylurées en exploitant des données 1999-2010 de la base de données américaine Medicaid.

L’analyse concerne essentiellement le glipizide, le glibenclamide (glyburide) et le glimépiride. Le glipizide est considéré comme ayant une activité très spécifique sur le pancréas et en tous cas sans effet direct sur le cœur, contrairement au glibenclamide (ou glyburide) et au glimépiride considérés comme non spécifiques parce qu’ils peuvent agir sur d’autres organes comme le coeur et les vaisseaux.

Sur 176.889 personnes-années d’exposition aux sulfonylurées, 632 morts subites ou arythmies ventriculaires ont été observées dont la moitié a été immédiatement fatale, soit une incidence de 3,6 événements pour 1.000 personnes-années.

Comparé au glipizide, le risque ajusté au score de propension de mort subite ou d’arythmie était abaissé de 18% pour le glibenclamide et était sensiblement équivalent (1,01) pour le glimépiride.

Différentes analyses secondaires montrent un effet semblable, mais pas toujours statistiquement significatif, pour le glibenclamide. Cet effet va dans le sens d’une petite étude qui suggérait que le glibenclamide réduit le risque de tachycardie ventriculaire et d’extrasystole ventriculaire.

Les auteurs soulignent que leur étude apporte des informations sur un critère qui n’est pas étudié dans les grands essais en cours (GRADE, CAROLINA et TOSCA IT), lesquels s’intéressent uniquement aux événements cardiovasculaires majeurs (y compris la mortalité cardiovasculaire).

Selon eux, ces résultats permettent aux cliniciens de tenir compte de cette capacité du glibenclamide à réduire le risque d’arythmie sévère au moment de choisir une sulfonylurée.

Mais ils reconnaissent qu’il leur faudra aussi intégré le sur-risque d’hypoglycémie sévère associé à ce médicament ainsi que ses effets controversés sur les événements cardiovasculaires (y compris la mortalité cardiaque), cérébrovasculaires et sur la mortalité toute cause.

(Diabetes Care, édition en ligne du 2 février 2018)

Source : APM International

Dépêche précédente

Les AOD intéressants en post-infarctus ST+ (méta-analyse)

Dépêche suivante

Avis de la Haute Autorité de Santé sur l’évaluation de l’anticoagulant Pradaxa®

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire