Chirurgie cardiaque : bénéfice modeste d'une restriction calorique pré-opératoire sur la survenue de lésions rénales

Mis à jour le lundi 16 avril 2018
dans

WASHINGTON, 10 avril 2018 (APMnews) - Une restriction calorique pré-opératoire a été associée à un bénéfice, quoique modeste, sur la survenue de lésions rénales aiguës après chirurgie cardiaque, selon un essai randomisé allemand publié dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

Les lésions rénales aiguës sont fréquentes après chirurgie cardiaque. Chez l'animal, une restriction calorique s'est avérée protectrice contre les lésions rénales. Franziska Grundmann et ses collègues de l'université de Cologne ont voulu vérifier cela chez l'homme. Ils ont randomisé 82 patients devant recevoir une chirurgie cardiaque, entre un régime de restriction calorique correspondant à 60% des besoins énergétiques journaliers et pas de restriction, pendant 7 jours avant l'intervention chirurgicale.

Il n'y avait pas de différence entre les 2 groupes concernant l'élévation de la créatinine sérique à 24 h (0,0 mg/dL dans les 2 groupes), qui constituait le critère principal de jugement.

Mais à 48 h, alors que la créatinine sérique avait augmenté de 0,1 mg/dL dans le groupe contrôle, elle avait diminué de 0,1 mg/dL dans le groupe restriction calorique, une différence statistiquement significative. Ce bénéfice persistait jusqu'à la sortie de l'hôpital.

L'incidence des lésions rénales aiguës était réduite de 5,8 points avec le régime hypocalorique (41,7% contre 47,5%), une différence toutefois non significative.

"En conclusion, les résultats de cet essai ne reflètent pas les effets remarquables de la restriction calorique observés dans les expérimentations animales; cependant, l'intervention est sûre et faisable, et l'analyse des critères secondaires a révélé des signaux bénéfiques légers mais prometteurs", concluent les auteurs.

(JAHA, publication en ligne du 13 mars)

Souce : APM International

Mots clés: Chirurgie Chirurgie

Dépêche précédente

Les statines en prévention primaire chez les personnes âgées bénéfiques uniquement en présence de facteur de risque

Dépêche suivante

BPCO et valve aortique : moins de complications respiratoires après implantation percutanée qu'après remplacement chirurgical

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire