BPCO et valve aortique : moins de complications respiratoires après implantation percutanée qu'après remplacement chirurgical

Publié le vendredi 13 avril 2018
dans

WASHINGTON, 12 avril 2018 (APMnews) - Chez les patients atteints de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) ayant une sténose aortique sévère nécessitant une intervention, l'implantation de valve aortique percutanée (TAVI) est associée à moins de complications, en particulier respiratoires, que le remplacement chirurgical de valve aortique, selon une étude américaine publiée dans le Journal of the American Heart Association (JAHA).

Les patients atteints de BPCO ont un risque accru de complications respiratoires après chirurgie cardiaque. Tomo Ando du Wayne State University/Detroit Medical Center à Detroit (Michigan) et ses collègues ont cherché à déterminer s'il y avait moins de complications respiratoires avec le TAVI qu'avec la chirurgie de remplacement de valve aortique chez ces patients.

Ils ont pour cela analysé une cohorte appariée en fonction d'un score de propension de 1.210 patients recevant un TAVI et 1.208 patients recevant une chirurgie de remplacement de valve aortique, atteints de BPCO.

Les complications respiratoires étaient significativement moins fréquentes avec le TAVI: le risque de trachéostomie était réduit de 86% (0,8% contre 5,8%), le risque d'insuffisance respiratoire aiguë de 37% (16,4% contre 23,7%), le risque de ré-intubation de 51% (6,5% contre 10%), le risque de pneumonie de 59% (4,5% contre 10,1%).

Le TAVI a eu également des résultats plus favorables que la chirurgie en termes de complications non respiratoires, avec une réduction de 36% du risque de mortalité intra-hospitalière, de 62% du risque d'hémorragie nécessitant une transfusion, de 37% du risque de lésion rénale aiguë et de 81% du risque d'infarctus.

En outre, le coût de l'hospitalisation était significativement moindre avec le TAVI (56.099 $ contre 63.146 $), ainsi que la durée de l'hospitalisation (7,7 jours contre 13,0 j).

" Le TAVI est probablement le mode de remplacement de valve aortique à préférer chez les patients atteints de BPCO ", concluent les auteurs.
(JAHA, publication en ligne du 1er avril)

Source : APM International

Mots clés: Chirurgie Chirurgie , Interventionnel Interventionnel

Dépêche précédente

BPCO : résultats mitigés pour la télésurveillance dans un essai clinique européen

Dépêche suivante

Hypertension : seuls les patients à risque élevé bénéficient d'une intensification du traitement

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire