Avis de la Haute Autorité de Santé sur l’évaluation de l’anticoagulant Pradaxa®

Publié le jeudi 22 février 2018

Paris, le 13 février 2018 - Boehringer Ingelheim est surpris et ne partage pas les éléments de l’avis rendu par la Haute Autorité de Santé (HAS) qui, en modifiant le niveau de Service Médical Rendu de Pradaxa® d’important à modéré, place la France dans une situation singulière par rapport aux autres pays européens. 

Boehringer Ingelheim réaffirme sa profonde conviction dans les bénéfices de Pradaxa® et sa place dans la stratégie thérapeutique, démontrés par les études conduites sur plusieurs centaines de milliers de patients à travers le monde.

L’avis de la Commission de Transparence (CT), émis pour la spécialité Pradaxa® dans le cadre de la réévaluation de l’ensemble de la classe des anticoagulants oraux directs (AOD), a été rendu public le 09 février 2018 par la Haute Autorité de Santé (HAS). Cet avis considère le niveau de Service Médical Rendu (SMR) de Pradaxa® comme « modéré », revenant  ainsi sur l’avis rendu en 2016 par la même autorité, qui reconnaissait à Pradaxa® un SMR « important ».

Boehringer Ingelheim est surpris par cet avis et ne partage pas l’évaluation de la HAS, qui place aujourd’hui la France dans une situation singulière par rapport aux autres pays européens.
 
Durant le processus de réévaluation, Boehringer Ingelheim a fait valoir auprès de la HAS tous les éléments objectifs qui permettent d’attester de l’efficacité de Pradaxa® et de sa place dans la stratégie thérapeutique. Ainsi, depuis sa commercialisation en 2012, des études en vraie vie conduites chez plus de 250 000 patients dans le monde, dont plus de 60 000 patients en France, ont permis de confirmer le rapport bénéfice/risque de l’anticoagulant au regard de la prévention du risque d’AVC lié à la fibrillation atriale non valvulaire.  De plus, Boehringer Ingelheim est le seul laboratoire commercialisant un AOD à mettre à disposition des médecins un agent de réversion, Praxbind®, permettant  une maîtrise du risque hémorragique dans des situations d’urgence pour les patients sous Pradaxa®.

Boehringer Ingelheim tient à réaffirmer sa profonde conviction dans les bénéfices que Pradaxa® apporte chaque année à 8,6 millions de patients (1) dans 100 pays à travers le monde.
« Notre souhait est que les 100 000 patients traités en France puissent continuer à bénéficier de Pradaxa® car les études en vraie vie menées depuis 2012 confirment le rapport bénéfice/risque de Pradaxa®. C’est pourquoi nous abordons avec détermination les prochaines étapes de ce processus dans les semaines à venir », a déclaré Christiane Wijsen, Directrice générale Santé Humaine de Boehringer Ingelheim France.

Boehringer Ingelheim

Proposer des traitements innovants en Santé Humaine et Animale – c’est l’engagement de Boehringer Ingelheim depuis plus de 130 ans. Boehringer Ingelheim est une entreprise familiale, engagée dans la recherche et développement, qui figure parmi les 20 premières entreprises du médicament au monde. Près de 50 000 collaborateurs créent tous les jours de la valeur par l’innovation dans les domaines de la Santé Humaine, de la Santé Animale et la fabrication de produits biopharmaceutiques en sous-traitance. En 2016, Boehringer Ingelheim a réalisé un chiffre d’affaires de 15,9 milliards d’euros. Avec plus de trois milliards d’euros d’investissements, les dépenses en Recherche & Développement représentent 19,6 % du chiffre d’affaires du Groupe.

Partager des valeurs de responsabilité sociale fait partie intégrante de notre culture d’entreprise. C’est pourquoi nous nous engageons dans des projets sociétaux comme « Making More Health ». Boehringer Ingelheim encourage activement la diversité et s’appuie sur les expertises et les compétences de ses collaborateurs. Enfin la protection et la conservation de l’environnement sont au cœur de toutes les activités de l’entreprise.

Vous trouverez d’autres informations sur Boehringer Ingelheim sous www.boehringer-ingelheim.com et dans notre rapport d’entreprise : http://annualreport.boehringer-ingelheim.com.

 

(1) Référence interne

Dépêche précédente

Diabète: moins de risque de mort subite et d’arythmie ventriculaire sous glibenclamide que sous glipizide

Dépêche suivante

Revascularisation de la maladie coronaire pluritronculaire chez les diabétiques : mortalité plus basse avec le pontage

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire