Arrêt cardiaque extra-hospitalier non choquable : chaque minute de plus avant l'administration d'adrénaline réduit la survie

Mis à jour le jeudi 12 avril 2018
dans

WASHINGTON, 3 avril 2018 (APMnews) - Chaque minute de retard dans l'administration d'adrénaline chez les victimes d'un arrêt cardiaque extra-hospitalier non choquable est associée à une perte de chances de survie, montre une étude nord-américaine publiée dans Circulation.

Une administration plus précoce d'adrénaline a été associée à une meilleure survie après arrêt cardiaque extra-hospitalier avec un rythme initial choquable. Matthew Hansen de l'Oregon Health & Science University à Portland et ses collègues ont voulu voir ce qu'il en était pour les arrêts cardiaques à rythme initial non choquable.

Ils ont analysé 55.568 arrêts cardiaques extra-hospitaliers pris en charge par des services de secours médicaux, dont 32.101 étaient en rythme initial non choquable. Parmi ces derniers, 12.238 avaient reçu l'adrénaline moins de 10 minutes après l'arrivée des secours (groupe "administration précoce") et 14.517 l'avaient reçue 10 minutes ou plus après l'arrivée des secours (groupe "administration tardive").

Chaque minute de plus entre l'arrivée des secours et l'administration d'adrénaline était associée à une diminution significative de 4% des chances de survie chez les adultes. Les chances d'évolution neurologique favorable étaient également significativement réduites de 6% pour chaque minute supplémentaire avant l'administration d'adrénaline.

Les chances de survie étaient de 18% plus faibles dans le groupe "administration tardive" par rapport au groupe "administration précoce".

Les résultats étaient similaires dans la population pédiatrique, mais avec un manque de significativité statistique probablement lié à la taille réduite de l'échantillon (n=595), notent les auteurs: chaque minute de délai avant l'administration d'adrénaline était associée à une réduction de 9% des chances de survie.

"Dans l'ensemble, nos résultats suggèrent que l'administration plus précoce d'adrénaline peut améliorer la probabilité de survie neurologiquement intacte chez les patients en rythme initial non choquable", commentent les auteurs.

"Les services de secours médicaux devraient envisager des stratégies pour réduire les délais d'administration d'adrénaline chez les patients ayant un rythme initial non choquable", concluent-ils.

(Circulation, publication en ligne du 6 mars)
Source : APM International

Mots clés: Rythmologie Rythmologie

Dépêche précédente

Hypercholestérolémie: l'acide bempedoïque efficace en ajout à un anti-PCSK9 (phase II)

Dépêche suivante

Chirurgie cardiaque : bénéfice modeste d'une restriction calorique pré-opératoire sur la survenue de lésions rénales

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire