Registre FAST-MI : description et évolution des pratiques de l’infarctus sur 20 ans

Mis à jour le vendredi 1 septembre 2017
dans
Guillaume Bonnet
Une analyse proposée par Guillaume Bonnet – CHU Bordeaux

Congrès ESC 2017 - ESC Congress 2017

Message clés

Sur les 20 dernières années, la mortalité à 6 mois après un infarctus a diminué de façon drastique même dans le groupe n’ayant pas bénéficié de la reperfusion. Cette mortalité à 6 mois continue de diminuer pour le STEMI jusqu’à 2015, alors que la mortalité du NSTEMI à 6 mois reste stable depuis 2010.

Principe de l'étude

FAST-MI est une succession d’enquêtes s’intéressant à l’infarctus pendant une période d’un mois, et répétées tous les 5 ans depuis 1995. La dernière étape de 2015 nous délivre une mise à jour sur les changements des caractéristiques des patients, leur prise en charge, leur devenir à 6 mois et un suivi de la mortalité long cours (jusqu’à 10 ans).

Résultats principaux

Description

De 1995 à 2015, 14 423 patients ont été inclus pour un syndrome coronarien aigu (59% STEMI) admis en USIC en France métropolitaine. La moyenne d’âge a diminué de 66±14 ans à 63±14 ans pour le STEMI et reste stable à 68±14 ans pour le NSTEMI. La prévalence de diabète, d’obésité et d’HTA a augmenté. La proportion des femmes jeunes (< 60 ans) admises pour STEMI est en augmentation constante : 17,5 % en 2000 contre 29,4 % en 2015.

Thérapie médicamenteuse en phase aigüe

Au niveau médicamenteux, il existe un changement de pratique, notamment au niveau des anti-agrégants, puisque les nouveaux inhibiteurs de P2Y12 sont désormais majoritairement utilisés en accord avec les dernières recommandations.

Thérapie invasive

Les stratégies invasives sont toujours en augmentation, avec une part d’angioplastie primaire à la phase aigüe de 12% en 1995, 67% en 2010 et 76% en 2015 pour le STEMI. Pour le NSTEMI, la revascularisation percutanée passe de 9% en 1995 à 60% en 2015. En parallèle, comme on aurait pu le prévoir, la part de thrombolyse diminue, 6% en 2015 (14% en 2010).

Mortalité à 6 mois

La mortalité à 6 mois continue de diminuer drastiquement dans le STEMI, passant de 17,2% en 1995, à 6,9% en 2010 et 5,3% en 2015. Cette diminution est principalement liée à la baisse de la mortalité des patients non-revascularisés entre 2010 et 2015, alors qu’il n’existe plus de gain de mortalité des patients revascularisés sur cette même période. Dans le NSTEMI, la mortalité a 6 mois reste stable depuis 2010, que ce soient les patients revascularisés ou non, passant de 17,2% en 1995 à 6,9% en 2010 et 6,3% en 2015.

Prévention

La durée entre le début des symptômes et l’appel continue d’augmenter, passant de 23 minutes en 2000, à 48,8 en 2010 puis 50,9 minutes en 2015, soulevant des interrogations quant à l’éducation des patients.
Les traitements de prévention secondaire (IEC/ARAII, BBloquants, Statines) entre 1995 et 2010 étaient en constante augmentation à 48h et à la sortie d’hospitalisation. L’étude rapporte une cassure de la courbe de progression voire une légère diminution de la prescription optimale de traitements de prévention secondaire.

Perspectives

Sur les patients revascularisés, il semble qu’on ait atteint un niveau sur la mortalité difficilement améliorable, avec un plateau atteint sur les dernières années.
La nette diminution de mortalité à 6 mois des STEMI non-reperfusés peut en partie s’expliquer par l’instauration de nouvelles thérapies médicamenteuses sur ces dernières années.
La prévention primaire notamment auprès des femmes semble primordiale face l’augmentation continue de la proportion de ces dernières admises pour infarctus et l’allongement continu de la durée entre le début des symptômes et l’appel.
Enfin, il faut rester attentif à la bonne instauration des thérapies médicamenteuses de prévention secondaire face à une légère diminution de la thérapie optimale de prévention secondaire. 
Le rendez-vous est déjà pris pour FAST-MI 2020.

Registre FAST-MI : Description et évolution des pratiques de l’infarctus sur 20 ans - Fig1 : Six month mortality

Référence bibliographique

1 Puymirat E, Simon T, Cayla G, et al. Acute Myocardial Infarction: Changes in Patient Characteristics, Management, and 6-Month Outcomes Over a Period of 20 Years in the FAST-MI Program (French Registry of Acute ST-Elevation or Non-ST-elevation Myocardial Infarction) 1995 to 2015. Circulation 2017;CIRCULATIONAHA.117.030798.

Mots clés: Coronaire Coronaire

Dépêche suivante

Interêt de l'oxygénothérapie en cas de suspicion d'infarctus du myocarde

0 commentaire — Identifiez-vous pour laisser un commentaire